GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Aujourd'hui
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Amnesty a enquêté sur les crimes des rebelles rohingyas en Birmanie

    media Hommes supposés appartenir à la rébellion rohingya arrêtés par l'armée birmane dans le village de Inn Din (Etat d'Arakan), septembre 2017. REUTERS

    Amnesty International a publié ce mercredi un rapport sur des crimes commis par l'ARSA, la rébellion rohingya en Birmanie contre la minorité hindoue dans l'Etat de l'Arakan. Au moins 99 personnes, femmes, hommes et enfants auraient été victimes d'homicides et d'enlèvements, révèle l'ONG en s'appuyant sur des dizaines de témoignages. Les faits se sont déroulés fin août 2017, durant la répression de l'armée birmane qui a poussé à l'exil plus de 700 000 membres de la communauté apatride rohingya.

    C'est le fruit d'une longue enquête qui a commencé en septembre dernier. Amnesty a recueilli des dizaines de témoignages concordants des victimes de ces massacres commis par l'ARSA, le groupe armé rohingya, dans le village de Kha Maung Seik situé dans le nord de l'Arakan.

    Laura Haigh, chercheuse sur la Birmanie à Amnesty International, explique comment l'ONG a travaillé sur la question : « Nous avons interrogé un très grand nombre d'hindous dans les camps au Bangladesh, y compris des rescapés de ces attaques. Et plus récemment, nous avons recueilli les témoignages de tous les rescapés qui ont pu rentrer en Birmanie. Toutes les informations concordent, par exemple sur les descriptions physiques des assaillants de l'ARSA. Toutes les femmes interrogées nous ont dit avoir entendu les combattants parler le dialecte rohingya. Ce qui nous amène à la conclusion qu'il s'agit bien du groupe armé rohingya. Enfin, d'autres villageois nous ont confirmé que les militaires birmans n'avaient pas le contrôle de cette zone au moment de l'attaque. »

    Le rapport d'Amnesty suscite aussi la controverse car il correspond au discours de l'armée birmane.

    « Amnesty International est une organisation indépendante et impartiale. Nous avons toujours utilisé la même méthodologie et la même approche pour enquêter sur les violations des droits de l'homme et les crimes contre l'humanité commis par l'armée birmane. Si notre rapport correspond au discours de l'armée, ça ne veut pas dire que nous soutenons ce qu'il s'est passée dans l'Arakan » justifie Laura Haigh.

    Consulter le rapport d'Amnesty International

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.