GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: une dizaine de morts dans des manifestations contre une fonderie de cuivre

    media Capture vidéo de la manifestation à Tuticorin, le 22 mai 2018, sur la route qui mène à l'usine. ANI via REUTERS TV

    Dans le sud de l'Inde, des manifestations contre l'agrandissement d'une fonderie de cuivre ont été violemment réprimées par la police. Les heurts entre les forces de l'ordre et plusieurs milliers de manifestants se sont poursuivis ce mercredi. Ils ont fait plus d'une dizaine de morts depuis mardi. La population locale dénonce depuis plusieurs mois la pollution de l'air et des eaux par l'usine qui appartient à la multinationale britannique Vedanta. Un scénario récurrent en Inde, où les normes environnementales sont régulièrement bafouées au profit de grands projets industriels.

    Avec notre correspondant à New Delhi,   Antoine Guinard

    Tuticorin est en ébullition depuis mardi. La suspension mercredi du projet d'agrandissement de la fonderie du groupe Sterlite Industries, filiale de Vedanta, n'a pas calmé les esprits dans cette petite ville portuaire à la pointe sud de l'Inde. Les policiers ont a nouveau ouvert le feu, faisant un mort supplémentaire, alors que des manifestants ont à nouveau incendié plusieurs véhicules.

    De nombreux politiciens indiens ont dénoncé dans les médias et sur les réseaux sociaux la réaction de la police qui a tiré à balle réelle sur la foule. Mardi, une dizaine de milliers de manifestants étaient descendus dans la rue, s'en prenant à des véhicules de police, plusieurs bâtiments gouvernementaux ainsi qu'à un quartier résidentiel où sont logés les ouvriers de Vedanta.

    L'usine, une des plus importantes en Inde, est fermée depuis près de deux mois et le restera au moins jusqu'au 6 juin. L'autorité locale de contrôle de la pollution affirme qu'elle ne respecte pas les normes environnementales.

    En 2013 déjà, le gouvernement du Tamil Nadu avait ordonné la fermeture de cette usine après une fuite de gaz toxique. Vedanta était parvenu à renverser cette décision en justice, mais avait été condamnée à payer une amende de 12,5 millions d'euros.

    (Re) lire : Dégradation périlleuse de l'environnement en Inde

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.