GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Donald Trump annonce l'annulation du sommet de Singapour avec Kim Jong-un

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un (à gauche) et le président américain Donald Trump (à droite) ne se rencontreront finalement pas à Singapour le 12 juin. REUTERS

    Le président américain Donald Trump annonce avoir annulé le sommet prévu le 12 juin à Singapour avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un dans une lettre publiée jeudi par la Maison Blanche. Pour justifier cette volte-face, le dirigeant américain explique ne pas avoir apprécié l'hostilité des récentes déclarations nord-coréennes à l'égard de son administration.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    C’est par un courrier que Donald Trump fait part de l’annulation du sommet. Une lettre qu’il a directement adressée au dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un.

    « Cher monsieur le président, entame Donald Trump, nous apprécions votre temps, votre patience, tous les efforts que vous avez déployés dans nos récentes négociations. J’attendais avec impatience de vous rencontrer. Malheureusement, à cause de l’immense colère et de l’hostilité manifeste qui transparait dans votre plus récente déclaration, je trouve que cette rencontre prévue de longue date est inappropriée pour le moment. En conséquence, je vous remercie de considérer que par ce courrier, pour le bien des deux parties et au détriment du monde, le sommet de Singapour n’aura pas lieu. »

    Changement de ton

    Donald Trump emploie un ton cérémonieux, loin, très loin, des diatribes et des insultes qu’il avait utilisées l’automne dernier à l’encontre du dirigeant nord-coréen, notamment sur Twitter. Et le président américain prend également soin de laisser la porte ouverte à une rencontre plus tardive. Une option qu’il avait évoquée ces derniers jours en envisageant un sommet peut-être reporté.

    « J’avais le sentiment que nous étions en train de construire un merveilleux dialogue, et finalement seul ce dialogue compte », poursuit le président américain, avant de conclure : « Si vous changez d’avis concernant ce sommet de la plus haute importance, n’hésitez pas à m’appeler ou à m’écrire. Le monde, et la Corée du Nord en particulier, a perdu une belle occasion pour la paix et la prospérité du monde. Cette occasion ratée est réellement un triste moment de l’histoire. »

    Réunion préparatoire manquée

    Lorsque Mike Pompeo avait rencontré Kim Jong-un à Pyongyang, le secrétaire d'Etat et le dirigeant nord-coréen avaient convenu d'organiser une réunion préparatoire au sommet. La délégation américaine était au rendez-vous, la semaine dernière à Singapour, et elle a attendu en vain. Les Nord-Coréens n'ont donné aucun signe de vie, selon responsable de la Maison Blanche.

    Autre promesse non tenue, le démantèlement ce jeudi du site d'essais nucléaires nord-coréen. Il devait avoir lieu en présence d'experts indépendants, Pyongyang s'y était engagé, mais finalement seuls des journalistes ont été conviés.

    « Nous n'avons pas eu les moyens de vérifier que le site avait bel et bien démantelé » a regretté un responsable américain, ajoutant qu'« au cours des dernières semaines, nous n'avons eu aucune réponse des Nord-Coréens à nos demandes, et quand ils se sont manifestés, ce fut sous forme de menace ».


    Trump: «Si Kim Jong-un choisit de s'engager dans un dialogue constructif, je l'attends»

    Le sommet du 12 juin annoncé comme une rencontre historique à Singapour n’aura donc pas lieu. Le courrier adressé à Pyongyang par la Maison Blanche a été  lu par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo devant la commission des affaires étrangères du sénat. C'est sur un ton très martial que Donald Trump s'est exprimé par la suite devant la presse : « C'est un énorme recul pour la Corée du Nord, et en réalité, un recul pour le monde. J'ai parlé au général Mattis et notre armée qui est la plus puissante du monde est prête si nécessaire. J'ai aussi parlé avec la Corée du Sud et le Japon et ils sont seulement prêts si une action folle et imprudente était menée  par la Corée du Nord, mais souhaitent aussi partager les coûts d'une opération si malheureusement nous étions contraints à intervenir. J'espère que des choses positives vont survenir pour l'avenir de la Corée du Nord, mais si cela ne se produit pas, nous sommes plus prêts que nous l'avons jamais été. Tout le peuple coréen, du Nord et du Sud, mérite de pouvoir vivre ensemble en harmonie, dans la prospérité et la paix. Ce merveilleux avenir ne sera possible que si la menace des armes nucléaires est retirée. Il n'y aucun moyen que cela se passe autrement. Si Kim Jong-un choisit de s'engager dans un dialogue constructif et à agir de manière positive, je l'attends. »


    RÉACTIONS

    Dans le monde, les réactions à l'annulation du sommet de Singapour sont unanimes : il faut poursuivre le dialogue, seul moyen d'aboutir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

    L'un des premiers à réagir à l'annonce de l'annulation du sommet de Singapour est Moon Jae-in, le président sud-coréen, l'un des plus ardents partisans du dialogue avec Pyongyang, qui s'est investi corps et âme dans le rapprochement avec son voisin du sud et qui a joué le rôle de facilitateur et d'intermédiaire entre Washington et Pyongyang. Moon Jae-in a exprimé ses profonds regrets que le sommet n'ait pas lieu et d'ajouter que la dénucléarisation de la péninsule et une paix durable ne pouvait être abandonnées ou différées.

    Le chef de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part de sa profonde préoccupation et appelé à la poursuite du dialogue afin d'atteindre un objectif commun pour tous : la dénucléarisation vérifiable et pacifique de la péninsule. Pyongyang avait quelques heures avant l'annonce de l'annulation du sommet procédé à la destruction de son site nucléaire.

    En Russie, le président Poutine a déclaré regretter l'annulation, tout comme son homologue français Emmanuel Macron. Tous deux ont appelé à la poursuite du processus de dénucléarisation et à la reprise du dialogue, dans lesquels l'ONU avait selon le président français son rôle à jouer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.