GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: une centaine de morts dans «la guerre contre la drogue»

    media Une vue de Dacca, la capitale du Bangladesh REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Une dizaine de trafiquants de drogue présumés ont été tués au Bangladesh ce 29 mai lors de combats avec la police. Comme son voisin philippin, le gouvernement de Dacca mène depuis deux semaines une guerre contre la drogue extrêmement violente : 12 000 personnes ont été arrêtées et une centaine ont été tuées.

    « Cette guerre continuera jusqu’à ce que la situation soit sous contrôle », a répété ce 29 mai le ministre bangladais de l’Intérieur Asaduzzaman Khan. Dacca peine à contenir les quantités de drogue qui affluent dans le pays, principalement les pilules de méthamphétamine appelées « Yaba ».

    Au total, entre 250 et 300 millions de ces pilules seraient entrées au Bangladesh l’an dernier. La Première ministre Sheikh Hasina a juré de s’attaquer au problème avec la même énergie qu’elle a employée pour réprimer les mouvements extrémistes, causant la mort de dizaines d’islamistes.

    « Guerre contre la drogue » aux Philippines

    De fait, en deux semaines, plus de cent trafiquants de drogue présumés ont été tués par les forces de sécurité. Ce qui n'est pas sans rappeler la « guerre contre la drogue » menées aux Philippines voisines par le président Rodrigo Duterte, qui aurait fait 12 000 morts en un peu moins de deux ans.

    Au Bangladesh comme aux Philippines, des associations de défense des droits de l'homme affirment que certaines victimes n'ont en fait rien à voir avec le trafic de drogue.

    La Commission des droits de l’homme du Bangladesh elle-même, un organisme gouvernemental, s’est dit très préoccupée par la situation et opposée à toute exécution extrajudiciaire. Elle a envoyé ce 29 mai une lettre au ministre de l’Intérieur lui demandant de faire respecter les droits des personnes soupçonnées de trafic de drogue.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.