GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Hong-Kong commémore les 29 ans du massacre de Tiananmen

    media Des milliers de personnes ont pris part çà une veillée ce lundi 4 juin pour commémorer les 29 ans du massacre de Tiananmen. REUTERS/Bobby Yip

    Cela fait 29 ans que les Hongkongais marquent l’anniversaire du massacre de Tianamen au cours duquel l’armée populaire de Chine a réprimé dans le sang, le rassemblement de dizaines de milliers d’étudiants qui s’étaient réunis au Printemps 1989 avec l’espoir de voir la démocratie s’instaurer en Chine.

    Avec notre correspondante à Hong-Kong, Florence de Changy

    À 20 heures précises, les lumières des terrains de sport du grand parc Victoria s’éteignent et des dizaines de milliers de petites bougies se mettent à briller.

    En dépit d’un régime de plus en plus répressif en Chine, cette année, le comité organisateur a choisi comme thème de la veillée de Hong Kong : « A bas la dictature du parti unique ».

    Depuis ses premiers jours, en 1989 le comité organisateur qui s’était constitué à Hong Kong par solidarité avec les étudiants pékinois avait la même ambition que les étudiants de Pékin : rendre la Chine démocratique.

    Si la veillée de Hong Kong continue aussi de porter les mêmes revendications, elle commémore avant tout le massacre de centaines ou de milliers d’étudiants cette nuit-là, qui n’a toujours pas été reconnu par les autorités chinoises.

    Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a demandé au gouvernement chinois de dire toute la vérité « sur le nombre de morts, de détenus et de portés disparus ». Et de citer le prix Nobel de la Paix, Liu Xiaobo, décédé il y a bientôt un an, qui avait dit « les fantômes du 4 juin ne sont pas encore en paix ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.