GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Asie-Pacifique

    Cachemire: l'ONU réclame une enquête sur des violations de droits de l'homme

    media Un soldat indien dans un bunker à proximité de la frontière pakistanaise, au Cachemire, le 30 septembre 2016. REUTERS/Mukesh Gupta

    Le Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme vient de rendre un rapport au vitriol sur la répression militaire dans la région du Cachemire indien. Le document d'une quarantaine de pages est inédit : c'est la première fois que l'ONU s'intéresse à la situation humanitaire dans cette région du Cachemire, autant indien que pakistanais. Et il est particulièrement sévère avec New Delhi. Le Conseil des droits de l'homme reconnaît pour la première fois depuis longtemps le droit à l'autodétermination des Cachemiris et recommande même de constituer une commission d'enquête internationale sur le sujet. New Delhi a déjà condamné fermement le rapport. Mais au Cachemire, il fait souffler un vent d'espoir.

    De notre correspondant en Inde, Sébastien Farcis

    « Fallacieux et partial ». La condamnation de New Delhi a fusé quelques minutes seulement après la publication du rapport. Le gouvernement est outré de ce qu'il appelle une « violation de sa souveraineté ». Mais au Cachemire, ce document représente un nouvel espoir. Les habitants sortent de deux années de répression, pendant lesquelles, martèle ce rapport, environ 145 civils ont été tués et plus de 6 000 blessés par des tirs de billes de plomb.

    Khurram Parvez est le coordinateur de la coalition de la société civile au Cachemire, et il a lui-même été placé en détention préventive pendant 2 mois, en 2016 : « Cela représente un énorme soutien moral pour les organisations de défense des droits de l'homme du Cachemire ainsi que pour les victimes de ces actes qui voient que leur souffrance est prise en compte par les Nations unies. La torture est pratiquée depuis 28 ans, et continue aujourd'hui ; en 2016, un professeur d'univesrité a été torturé à mort par l'armée. Et la police a prouvé ces faits et recommandé que les militaires soient poursuivis, mais rien n'a été fait. L'ONU reconnaît cette situation et déplore dans ce rapport que depuis 28 ans, il n'y ait eu aucune condamnation d'un militaire responsable de violations des droits de l'homme» 

    Depuis 1990, les forces arméees opérant au Cachemire ne peuvent être poursuivies par une cour civile qu'après l'accord du ministère de la Défense. Ce qui n'est donc jamais arrivé.

    C'est la première fois que les Nations unies publient un rapport sur la situation des droits de l'homme dans les parties du Cachemire administrées par l'Inde et le Pakistan. Ce rapport détaillé fait état de violations des droits de l'homme perpétrées de part et d'autre de la ligne de contrôle et met en évidence l'impunité pour les violations commises par les forces de sécurité. C'est pourquoi je vais demander au Conseil des droits de l'homme de constituer une commission d'enquête pour mener une investigation complète, internationale et indépendante à propos d'allégations de violations des droits de l'homme au Cachemire.
    J'exhorte les forces de sécurité indiennes de faire preuve de la plus grande retenue et de respecter rigoureusement les normes internationales régissant l'usage de la force lors des prochaines manifestations, et notamment celles qui pourraient avoir lieu le week-end prochain

    Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme 14/06/2018 Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.