GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: «plusieurs civils tués» dans un attentat à Ahvaz (agence officielle)
    • Iran: des victimes dans une attaque contre un défilé militaire (TV d'Etat)
    • Missiles: l'Iran «augmentera jour après jour ses capacités défensives» (Rohani)
    • Canada: une tornade a provoqué d'importants dégâts non loin d'Ottawa (médias)
    • L'Assemblée de la Polynésie française repousse à 62 ans (contre 60 auparavant) l'âge de départ à la retraite
    Asie-Pacifique

    JAL et ANA référencent discrètement Taïwan comme une partie de la Chine

    media Des avions en circulation au sol sur l'aéroport international de Narita, au Japon, le 12 septembre 2009. AFP/Toshifumi Kitamura

    Les compagnies aériennes japonaises Japan Airlines (JAL) et ANA Holdings ont décidé de désormais référencer Taïwan comme faisant partie de la Chine sur leur site internet en langue chinoise, une décision de nature à satisfaire Pékin.

    En avril 2018, l'Autorité chinoise de l'aviation civile avait demandé à 36 compagnies aériennes étrangères de respecter la volonté chinoise de voir désigner Taïwan, Hong Kong et Macao comme des territoires chinois. La Chine populaire considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l'île est dirigée de façon indépendante depuis 1949.

    Le changement a discrètement été effectué par JAL et ANA le 12 juin, jour d'un sommet historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. Les deux compagnies ont assuré ne pas avoir reçu pour l'heure de protestation de Taïwan, mais la chaîne de télévision publique NHK a rapporté que le ministère des Affaires étrangères comptait exprimer sa désapprobation via la mission diplomatique de facto du Japon à Taipei. L'appellation n'a pas été modifiée sur les sites web en japonais et dans les autres langues.

    « Consultation »

    « Nous avons pris cette décision après consultation avec le ministère des Transports et le ministère des Affaires étrangères », a déclaré à l'AFP un porte-parole de JAL. « Le changement est survenu le 12 juin car nous avions terminé les préparatifs. »

    « Nous avons choisi une expression facile à comprendre et acceptable pour les utilisateurs de nos sites internet », a-t-il ajouté. Le gouvernement japonais a exprimé mardi ses inquiétudes vis-à-vis de la requête chinoise. « Nous ne sommes pas favorables à ce que des pouvoirs publics demandent à des compagnies privées de prendre des mesures basées sur une certaine opinion politique », a déclaré le porte-parole, Yoshihide Suga.

    « Respecter les demandes »

    JAL et ANA ne sont pas les seules compagnies aériennes à agir de la sorte. La société australienne Qantas avait défendu début juin sa décision de « respecter les demandes » de Pékin. « Ce n'est pas aux compagnies aériennes de définir ce qu'est un pays, c'est aux gouvernements », avait affirmé son patron Alan Joyce.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.