GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    PMA: de plus en plus de Chinois se tournent vers l'étranger

    media Une femme chinoise consulte un médecin spécialiste de la fertilité dans un hôpital thaïlandais à Bangkok, le 17 mai 2018. Lillian SUWANRUMPHA / AFP

    C'est une conséquence inattendue de la fin de la politique de l'enfant unique en Chine. Beaucoup de Chinois veulent avoir un deuxième enfant ont recours à la procréation médicalement assistée (PMA). Ils sont nombreux désormais à se tourner vers des cliniques à l'étranger pour échapper à la législation chinoise.

    Avec notre correspondant à Shanghai, Simon Leplâtre

    En Thaïlande, à Singapour, en Malaisie et jusqu'en Russie, les Chinois sont de plus en plus nombreux à solliciter les services de cliniques étrangères pour les aider à avoir un deuxième enfant. D'après l'Agence France-Presse, dans certaines cliniques spécialisées dans les fécondations in vitro, en Thaïlande, quatre clients sur cinq sont des couples chinois.

    Le boom de ce tourisme médical s'explique par la fin de la politique de l'enfant unique en Chine, depuis 2016, les couples chinois sont autorisés à avoir deux enfants. Mais beaucoup de ces couples qui ont déjà un enfant ne sont plus si jeunes, et sont donc davantage confrontés à des problèmes de fertilité. Résultat, depuis deux ans, les cliniques chinoises spécialisées sont complètement débordées par les demandes.

    Au moins un garçon

    Mais d'autres facteurs entrent en compte, pour les couples qui ont les moyens d'aller à l'étranger : en Chine, le gel d'ovocytes, d'embryon, ou la gestation pour autrui sont formellement interdits, de même que le fait de déterminer le sexe d'un enfant avant la naissance.

    Or, traditionnellement, les Chinois préfèrent avoir au moins un garçon, et s'ils ont deux enfants, veulent un garçon et une fille.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.