GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: le site d’essais balistiques, destiné à être détruit, a été identifié

    media Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un, lors du lancement d'un missile «Hwasong-12», le 16 septembre 2017. KCNA via REUTERS

    Le site d’essais balistique que le dirigeant nord-coréen a promis de détruire lors de son sommet la semaine dernière avec le président américain Donald Trump a été identifié : il s’agit du pas de tir de Sohae, ont déclaré à la presse des responsables américains. Son hypothétique destruction serait un symbole fort, mais rien n’a été confirmé officiellement par le régime de Pyongyang.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le pas de tir de Sohae, situé au nord-ouest de la Corée du Nord, face à la mer Jaune, est l’un des principaux sites d’essais de missiles nord-coréens. C’est de là que le régime avait procédé en 2012 à son premier lancement réussi de fusée à longue portée, officiellement dans le but de mettre en orbite un satellite.

    Geste symboliquement fort

    Le site dispose aussi d’une rampe permettant des essais statiques de moteurs pour ses missiles intercontinentaux tels que le Hwasong-15. Des engins capables, en théorie, d’atteindre le territoire américain.

    En promettant à Donald Trump de détruire ces infrastructures, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un fait donc un geste symboliquement fort, destiné à montrer sa bonne volonté.

    Scepticisme

    Cependant, aucune date n’a été avancée, et les images satellites montrent que le site est toujours debout. A Séoul, des analystes relativisent la portée d’une éventuelle démolition : ils rappellent que Pyongyang dispose d’autres sites d’essais... et que le régime possède déjà des moteurs tout à fait opérationnels.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.