GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot: Neymar annonce qu'il reste au Paris Saint-Germain
    Asie-Pacifique

    A Pékin, Kim Jong-un réaffirme les engagements de Singapour

    media Le président chinois Xi Jinping sert la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, le 20 juin 2018 à Pékin. KCNA via REUTERS

    Après le sommet historique entre Trump et Kim la semaine dernière, la Chine n'entend pas rester simple spectatrice d'une détente historique en Corée. Kim Jong-un vient d'effectuer sa troisième visite officielle en Chine en trois mois.

    Avec notre correspondant à Shanghai, Simon Leplâtre

    Une semaine après le sommet de Singapour, le thème dominant de cette visite était évidemment la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

    Kim Jong-un visitait la Chine pour la troisième fois en trois mois, signe que même si Pékin n'était pas sur le devant de la scène récemment, les Chinois entendent bien continuer à influer sur le destin de la péninsule coréenne.

    La Chine est le principal allié de Pyongyang, et son seul partenaire économique important. Et la Chine, comme les Etats-Unis, préfèreraient une Corée du nord sans arme nucléaire.

    A Pékin, Kim a évoqué la « perspective d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne ». Alors que le président chinois Xi Jinping a appelé à « concrétiser l'accord de Singapour ».

    Innovations

    Mais le séjour à Pékin a aussi été l'occasion pour Kim de visiter un parc d'innovation en sciences agricoles, ainsi qu'un centre de contrôle du métro pékinois.

    Signe que la Corée du nord, qui espère se voir délivrée rapidement des sanctions internationales, pense à son développement économique. Et pourrait s'inspirer des réformes libérales mises en place par la Chine il y a quarante ans, qui ont permis au pays de devenir la deuxième puissance économique mondiale aujourd'hui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.