GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort

    media Aman Abdurrahman après l'énoncé du verdict à Jakarta, le 22 juin 2018. REUTERS/Darren

    Considéré comme le principal relais de l'organisation Etat islamique dans le pays, Aman Abdurrahman a été reconnu coupable, par un tribunal de Jakarta, d'avoir organisé plusieurs attentats, dont celui de janvier 2016 qui avait fait quatre morts dans un quartier central de la capitale. Le prédicateur a passé la quasi-totalité de ces quinze dernières années en prison, ce qui ne l'a pas empêché de poursuivre ses activités.

    Aman Abdurrahman est un idéologue, l'un des plus influents de l'extrémisme islamique en Indonésie. C'est lui qui a traduit et diffusé la majeure partie de la propagande disponible dans le pays. Une activité qu'il a pu mener en prison, d’où il a également préparé, en 2016, l'attentat de Jarkarta, mais aussi celui de Bornéo qui a grièvement blessé quatre enfants à la sortie d'une église, ainsi que l'attaque suicide qui a tué trois policiers l'an dernier dans la capitale.

    Nombreux militants recrutés

    La justice l'a reconnu coupable de ces trois actes terroristes mais Aman Abdurrahman aurait aussi recruté de très nombreux militants pour la cause jihadiste.

    L'homme est le chef spirituel du Jama’ah Ansharut Tauhid, mouvement né en 2008 et qui a fait allégeance à l'organisation Etat islamique. Le JAT est suspecté d'avoir commandité en mai dernier l'attentat qui a fait 13 morts dans des églises de Surabaya. Parmi les kamikazes se trouvaient deux filles de 9 et 12 ans.

    Pas d'appel de la sentence

    Durant l'audience, le prédicateur était entouré de gardes armés. Selon le Jakarta Post il a reconnu avoir encouragé ses fidèles à rejoindre l'EI en Syrie.

    Il a en revanche nié avoir commandité les attentats, mais il ne fera pas appel indique son avocat, car il ne reconnait pas la justice indonésienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.