GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Grande Barrière de corail: les ONG demandent une enquête à l'Unesco

    media Des organisations écologistes accusent l'Australie d'avoir échoué à protéger la Grande barrière de corail. (Vue aérienne,Iles Whitsundays) (Photo by: Arterra/UIG via Getty Images)

    A l'occasion de la réunion annuelle du Comité du patrimoine mondial, à Manama, au Bahreïn, des ONG écologistes ont demandé d'enquêter en urgence sur les agissements de l'Australie concernant la Grande barrière de corail. Elles considèrent que le pays viole ses engagements en permettant la poursuite de défrichage des terres sur les bassins versants du site.

    D'après les organisations Wilderness Society, WWF-Australia, l'Australian Conservation Foundation et l'Australian Marine Conservation Society, 36 000 hectares de forêts anciennes doivent être rasés dans les bassins versants du récif coralien. Les permis ont été délivrés par l'ancien gouvernement du Queensland.

    Selon ces organisations écologistes, l'Australie a le pouvoir de stopper cela. Faux, répond le ministre de l'Environnement, Josh Frydenberg, qui a souligné que ces autorisations de défrichage étaient de la compétence des Etats. L’Etat du Queensland a en effet octroyé des licences d'exploitation minière au groupe indien Adani pour qu’il exploite les considérables ressources en charbon du nord-est du pays. Pour de nombreux chercheurs, Canberra doit agir et notamment revoir sa dépendance aux énergies fossiles, génératrice de gaz à effet de serre.

    Le gouvernement a débloqué en janvier dernier 39 millions d'euros pour lutter contre une étoile de mer dévoreuse de corail, un geste jugé insuffisant pour les écologistes.

    La Grande Barrière de corail figure sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. L'année dernière des scientifiques avaient réclamé son déclassement du patrimoine mondial de l'Unesco, une demande qui pouvait paraître contradictoire avec la protection de la Grande Barrière, mais qui souhaitait provoquer un électrochoc. La Grande Barrière de corail continue de blanchir inéroxablement du fait des hausses de la température de l'eau.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.