GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L'arrivée de migrants yéménites en Corée du Sud provoque une vague de xénophobie

    media Les réfugiés yéménites devant les locaux de la Croix-Rouge coréenne à Jeju, en Corée du Sud, le 19 juin 2018. Min Too Kim/The Washington Post via Getty Images

    En Corée du Sud, 561 migrants yéménites, qui ont fui la guerre dans leur Yémen natal, ont trouvé refuge depuis le début de cette année dans l’île sud-coréenne de Jeju, profitant d’une politique d’exemption de visas destinée à faciliter le tourisme. Il s’agit d’une situation inédite pour ce pays asiatique qui n’accorde l’asile politique qu’à un nombre infime de réfugiés chaque année. Ces migrants yéménites coincés à Jeju suscitent des réactions très diverses parmi une société peu habituée au problème... et provoquent notamment une intense vague de rejet et de xénophobie.

    De notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Sur les réseaux sociaux, ces 500 Yéménites sont accusés d’être de « faux réfugiés », venus  en Corée pour « propager l’islam » et « s’emparer des emplois peu qualifiés ». Certains les qualifient de « terroristes ». Une pétition s’opposant à leur présence a été signée par plus d’un demi-million de personnes.

    Mais ces migrants reçoivent aussi beaucoup d’aide d’associations locales. Adnan, 29 ans, formateur en sécurité, a fui la guerre au Yémen il y a trois ans. Il part d’abord en Malaisie, puis arrive à Jeju en mai. Il vient de trouver un emploi dans un restaurant de l’île. «C’est très triste de lire que certains médias disent que nous sommes dangereux. Mais les gens à qui nous parlons savent que c’est n’importe quoi. Un Coréen âgé m’a dit qu’il nous comprenait, que la guerre du Yémen lui rappelait la guerre de Corée et ses flux de réfugiés dans les années 50. Les générations plus âgées se montrent plus compréhensives. Moi je veux remercier le gouvernement sud-coréen de nous autoriser à travailler. C’est la première fois [qu’il accorde des permis de travail à des migrants dès leur arrivée]. Nous apprécions et espérons qu’il nous donnera la permission rester».

    La Corée du Sud est signataire de la Convention de l’ONU sur les réfugiés (et a des lois plutôt avancées en matière d’aide aux migrants). Mais elle n’accepte en moyenne que 4,1% des demandes d’asile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.