GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Maldives: l'ancien président Nasheed renonce à se présenter à la présidentielle

    media Mohamed Nasheed, ancien président et chef de l'opposition en exil, a finalement renoncé à se présenter à la prochaine élection présidentielle (photo d'archives) Matt Winkelmeyer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

    L’ancien président en exil Mohamed Nasheed a annoncé ce vendredi 29 juin qu’il ne se présenterait pas à la présidentielle du mois de septembre. Ce qui pave un peu plus la voie pour l’actuel président Abdulla Yameen, qui depuis son élection controversée en 2013 réprime toute opposition de manière extrêmement féroce.

    Mohamed Nasheed l’a bien souligné : il ne concoure pas, mais son parti le MDP va présenter un candidat pour le remplacer. La question est de savoir si l’actuel président va l’autoriser.

    Car si Mohamed Nasheed se retire, c’est parce que la commission électorale ne lui laisse pas le choix. Elle l'a informé qu’il était interdit d’élection pour cause de condamnation pour « terrorisme » en 2013 : un jugement considéré par les Nations unies comme politiquement motivé.

    Car c’est justement en 2013 que l’actuel président Abdulla Yameen a été élu dans des circonstances controversées. Depuis, il a mis toute l’opposition politique en prison ou l’a forcée à l’exil, malgré les protestations et les pressions internationales.

    En février dernier, un bref instant, Mohamed Nasheed avait cru pouvoir se présenter, car la Cour suprême des Maldives avait cassé cette fameuse condamnation pour terrorisme. Mais le président Abdulla Yameen avait décrété l’état d’urgence et fait mettre en prison deux des juges de la Cour, qui était finalement revenue sur sa décision.

    Cette répression aux Maldives est qualifiée d’ « attaque en règle contre la démocratie » par l’ONU. Les Maldives sont un haut lieu du tourisme de luxe, qui accueillait encore l’an dernier près d’1,5 million de touristes.

    Les Maldives, un pion sur l’échiquier de l'Inde et de la Chine

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.