GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Donald Trump renonce à accueillir le G7 2020 dans son golf en Floride
    Asie-Pacifique

    Taiwan: la réforme des retraites des militaires entre en vigueur

    media La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen aux côtés de son ministre de la Défense (d), lors d'une cérémonie de remise de diplômes à l'académie militaire, à Taipei, le 29 juin 2018. REUTERS/Tyrone Siu

    C’est le big-bang social à Taïwan. Après des manifestations parfois violentes, une bataille féroce au Parlement, la présidente sociale-démocrate Tsai Ing-wen a gagné son pari. Le texte emblématique de son mandat entre en vigueur ce dimanche 1er juillet : la réforme des retraites. Avec dans son viseur, les fonctionnaires, mais aussi un public très spécial, les militaires taiwanais.

    La mesure concerne 60 000 vétérans. Elle touche en premier lieu les anciens officiers. Un lieutenant-colonel va perdre jusqu'à 20% de sa pension.

    Mais le chercheur Stéphane Corcuff, spécialiste de Taïwan à Sciences Po Lyon, l'assure : il fallait en finir avec les privilèges. « Les militaires, ils avaient des retraites considérées comme beaucoup trop élevées et en plus le droit de déposer leur argent en banque avec des taux d’intérêt de 18%. »

    Tout est allé très vite. Les retraites des militaires, c'est le dernier étage de la fusée. En deux ans, la présidente Tsai Ing-wen s'est attaquée à la durée du travail, aux heures supplémentaires, aux conventions collectives. Clarifier le modèle taïwanais, équilibrer les comptes, oui, mais au risque de heurter son électorat.

    « Taiwan a voulu très rapidement passer sur ses premières réformes très nécessaires, mais qui vont vite. Ça donne des manifestations assez substantielles, ça déstabilise un peu la présidente qui aujourd’hui est à 25% de taux de popularité alors qu’elle fait du très bon travail », explique encore Stéphane Corcuff.

    Peut-elle s'en relever ? La présidentielle à Taïwan est prévue en 2020. Il reste deux ans à Tsai Ing-wen, deux ans pour récolter les fruits de son travail.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.