GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: heurts dans le nord après l'arrestation d'un chef de guerre

    media Des manifestants protestent à Maïmana contre l'arrestation de Nizamuddin Qaisari, le 4 juillet 2018. REUTERS

    En Afghanistan, plusieurs milliers de personnes sont descendues ce mercredi dans les rues de Maïmana (nord-ouest) pour protester pour la deuxième journée consécutive contre l’arrestation d’un chef de guerre local. Des échauffourées ont éclaté avec les forces de l’ordre afghanes que certains témoins accusent d’avoir tiré sur la foule. Bilan : un mort et neuf blessés.

    Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    Des tirs ont retenti alors que la foule rassemblée dans le centre de Maïmana entonnait ses slogans en soutien à Nizamuddin Qaisari, le commandant de la police locale arrêté lundi. L’origine des tirs est indéterminée, indiquent les autorités afghanes qui ont ouvert une enquête. Les manifestants, eux, accusent les forces de police. Certains ont incendié en retour les bureaux du gouverneur ainsi que ceux des services de renseignement.

    Nizamuddin Qaisari est un chef de guerre local, à la tête d’une milice de plusieurs milliers d'hommes. Il est un proche du vice-président, le général Abdul Rashid Dostum. Ce puissant chef de guerre, originaire aussi du nord du pays, vit en exil depuis un an en Turquie après avoir été accusé de séquestration par un rival politique qui affirme que le général Dostum aurait également commandité des agressions sexuelles dont il a été victime.

    Qaisari est quant à lui accusé d’avoir insulté et menacé de mort des responsables gouvernementaux au cours d’une réunion de sécurité. Il est le troisième homme fort du nord de l’Afghanistan avec qui le gouvernement central entame un bras de fer.

    Car après le général Dostum, c’est Mohammad Atta Noor, gouverneur d’une province du nord, qui a été poussé à la démission, ce à quoi il s'est refusé durant plusieurs mois, au risque de plonger dans le chaos le nord du pays, déjà menacé par les talibans et le groupe Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.