GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: l'EI revendique un attentat meurtrier contre un meeting électoral

    media Un homme, blessé dans l'attentat contre un meeting électoral est conduit à l'hôpital de Quetta, la capitale du Baloutchistan, le 13 juillet 2018. REUTERS/Naseer Ahmed

    Un attentat-suicide a frappé ce vendredi 13 juillet une réunion électorale à Mastung, dans le Baloutchistan, faisant au moins 128 morts et 120 blessés. Il a été revendiqué par le groupe Etat islamique via son agence de propagande Amaq. Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier dans le pays depuis 2014.

    L'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique visait selon toute vraisemblance Siraj Raisani, le candidat à un siège de député provincial sous l'étiquette du Baloutchistan Awami Party. L'homme politique a succombé à ses blessures lors de son transfert vers Quetta, la capitale provinciale.

    La bombe a explosé dans un complexe de Mastung, en plein meeting électoral. Selon les sources sécuritaires locales, le kamikaze portait sur lui entre 8 et 10 kg d'explosifs et des billes de métal pour provoquer un maximum de victimes. Des témoins parlent de massacre, de scènes d'horreur. Des dizaines de victimes ont été évacuées dans l'obscurité, faute d'électricité, et transportées à bord de rickshaws dans six hôpitaux de la région, avant l'arrivée des secours.

    Plus tôt dans la journée, une bombe cachée sur une moto avait explosé près de Bannu, dans le nord-ouest du pays, au passage du convoi d'un autre candidat aux élections. Quatre personnes ont été tuées et une quarantaine d'autres blessées. L'homme politique visé a survécu à l'attaque.

    En cette période électorale, le Pakistan a été frappé cette semaine par trois attentats meurtriers. Pour assurer la sécurité des législatives qui se dérouleront le 25 juillet, l'armée a annoncé le déploiement de 370 000 militaires. Et le retour ce vendredi à Lahore de l'ex-Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, condamné en son absence à 10 ans de prison pour corruption, risque de venir troubler un peu plus une scène politique déjà très tendue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.