GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 5 Décembre
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nawaz Sharif, de retour au Pakistan, après sa condamnation à 10 ans de prison

    media Nawaz Sharif et sa fille lors d'une conférence de presse à Londres, le 11 juillet 2018. REUTERS/Hannah McKay

    L’ancien Premier ministre du Pakistan Nawaz Sharif est attendu dans la journée au Pakistan. Condamné le 6 juillet dernier, en son absence, à dix ans de prison pour corruption liée à l’achat d’appartements de luxe londoniens, il pourrait à son arrivée être arrêté. Cette décision de justice est dénoncée comme «politique» par son clan et a fait monter à la tension dans le pays avant les prochaines élections législatives prévues le 25 juillet.  

    Une semaine après leur condamnation à 10 ans et 7 ans de prison par un tribunal anti-corruption, Nawaz Sharif et sa fille, Maryam, sont attendus au Pakistan. L'ancien Premier ministre pakistanais a annoncé leur retour dans leur fief de Lahore et demandé à leurs partisans de venir les accueillir à l'aéroport ce vendredi 13 juillet: « Je vais au Pakistan, bien que je voie devant moi des barreaux de prison », a-t-il déclaré juste avant son départ. Une fois sur le sol pakistanais, ils pourront donc être arrêtés à tout moment et conduits en prison. 

    Les autorités ont mobilisé plus de 10 000 policiers sur place et prévoient de bloquer les routes avec des conteneurs de transport maritime. Selon le frère de Nawaz Sharif, Shahbaz Sharif, de nombreux partisans du parti PML-N ont été arrêtés ces derniers jours pour empêcher la mobilisation. «Nous allons à l'aéroport et si quelqu'un essaie de nous arrêter, nous sommes prêts à aller en prison», a déclaré l'un d'eux à l'AFP, Khurram Ehsan, 36 ans. 

    Le 25 juillet auront lieu les élection législatives pakistanaises. Le PML-N de Sharif est actuellement dirigé par Shabaz Sharif, le frère de l'ancien Premier ministre. Face à lui, le PTI, est dirigé par l'ancien champion de cricket Imran Khan. La condamnation pour des faits de corruption a brusquement fait monter la tension dans le pays. 

    avec agences

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.