GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Octobre
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: arrestations dans une nouvelle rumeur meurtrière sur WhatsApp

    media La messagerie WhatsApp appartient à Facebook. Plus de 20 personnes ont été lynchées en Inde suite à de fausses rumeurs d'enlèvement d'enfant lancées sur la messagerie WhatsApp. Brent Lewin/Bloomberg via Getty Images

    Une nouvelle affaire de rumeur meurtrière en Inde. La police a arrêté ce manche 32 personnes, après la mort par lynchage de Mohammad Azam, 27 ans, dans le sud-ouest du pays. Les faits se sont déroulés vendredi. Cet informaticien voyageait avec deux amis qui ont été grièvement blessés. C'est une rumeur propagée sur WhatsApp qui est à l'origine du drame, une rumeur accusant les trois hommes de vouloir enlever des enfants. En deux mois, plus de 20 personnes sont déjà mortes dans des circonstances similaires.

    Sur la route qui les ramène à Hyderabad après une visite chez un ami, les trois hommes s'arrêtent pour prendre un thé. Des enfants sortent de l'école, ils leur donnent des chocolats. Devant l'hostilité immédiate des passants, ils repartent très rapidement. Mais voilà, leur photo circule déjà sur WahtsApp avec un message les accusant d'être des kidnappeurs d'enfants, et quelques kilomètres plus loin une foule de 2 000 personnes les attend. La voiture bascule dans un fossé. Et c'est le lynchage, que quelques policiers tentent en vain de stopper.

    Parmi les personnes arrêtées dimanche par la police figure l'un des administrateurs WhatsApp qui a fait circuler le message. En deux mois, ces rumeurs dénonçant de soi-disant kidnappeurs d'enfants ont fait plus de 20 morts dans le pays, à chaque fois lynchés par la foule.

    C'est toujours sur WhatsApp que les fausses informations circulent. Il y a quelques jours, la messagerie a publié dans la presse des annonces pleine page pour expliquer comment détecter ces fausses rumeurs.

    Le gouvernement avait exigé au début du mois une action immédiate de la part de l'opérateur. WhatsApp indique que ces annonces ne sont que la première étape d'une campagne de sensibilisation plus large. L'Inde est son plus grand marché. Chaque jour, un milliard de messages sont échangés dans le pays.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.