GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: forte explosion à l'aéroport de Kaboul au retour du général Dostum

    media Des policiers transportent un blessé suite à l'explosion survenue le 22 juillet 2018 près de l'aéroport de Kaboul. REUTERS/Omar Sobhani

    Le général Abdul Rashid Dostum, chef de guerre redouté du nord de l'Afghanistan et premier vice-président dans le gouvernement d'union nationale est revenu ce dimanche à Kaboul, après un an d'exil en Turquie. A son arrivée, une forte explosion a été entendue près de l'aéroport.

    Le chef de guerre ouzbèke avait quitté l'aéroport depuis quelques minutes lorsque la bombe a explosé. L'explosion due à un kamikaze s'est produite aux portes de l'aéroport alors que le convoi officiel quittait les lieux au milieu d'une foule dense.

    Il y avait foule ce dimanche à l'aéroport de Kaboul pour accueillir le général Dostum, ce vétéran de décennies de guerres afghanes, leader de la communauté ouzbèke, qui s'était réfugié en Turquie pour échapper à des poursuites pour enlèvement, torture et viol d'un adversaire politique en 2016.

    Malgré les crimes qui lui sont reprochés, le vice-président en titre a été accueilli par une délégation gouvernementale et de nombreux partisans sont venus saluer leur leader.

    A peine a-t-il embarqué sous escorte dans un véhicule blindé qu'une très forte explosion a retenti, une puissante bombe déclenchée par un kamikaze tuant de nombreux civils, dont un enfant et des membres des services de sécurité.

    Son retour aurait été négocié avec les autorités afghanes après plusieurs jours de troubles et de manifestations dans le nord-ouest du pays, majoritairement peuplé d'Ouzbeks. Les manifestants exigeaient le retour de Dostum et la libération d'un chef de guerre proche du général, arrêté lundi et transféré à Kaboul pour insultes et menaces de mort envers les autorités afghanes.

    Le général Dostum était à bord d'un avion spécialement affrété par le gouvernement. C'est le deuxième chef de guerre à regagner la capitale avec les honneurs, après Gulbuddin Hekmatyar, rentré triomphalement au pays après 20 ans d'exil.

    Retour sur le parcours du général Dostum

    Abdul Rashid Dostum est un seigneur de guerre et le leader charismatique et controversé de la communauté ouzbèke, majoritaire dans les provinces du nord de l'Afghanistan.

    Âgé d'une soixantaine d'années, Dostum a combattu avec et contre les forces soviétiques et a participé à la formation de l'Alliance du nord contre les talibans à la fin des années 1990. Il collectionne depuis la fin des années 70, les faits de guerre comme les pires exactions. Il est responsable notamment de la mort de 2000 prisonniers talibans en 2001, morts étouffés dans des conteneurs dans lesquels ils avaient été enfermés en plein désert.

    Candidat malheureux à la présidence lors du scrutin de 2004, il a occupé le poste de chef d'état-major de l'armée et est actuellement vice-président de l'Afghanistan et leader du Mouvement islamique national d'Afghanistan. Il lance, avec d'autres leaders d'opposition au président Ashraf Ghani une éphémère alliance appelée le Triangle d'Ankara.

    En 2017 une enquête est ouverte sous la pression des Etats-Unis, de l'Union européenne et du Canada suite à une affaire sordide de viol. Le général aurait ordonné à sa garde personnelle de capturer son rival Ahmad Ishchi, un ancien gouverneur. Ce dernier aurait été séquestré, torturé et enfin sodomisé avec le canon d'une kalachnikov.

    Pour échapper à la justice, Dostum quitte son pays en mai 2017, se réfugiant en Turquie, officiellement pour raisons de santé. Après plusieurs semaines de troubles et de manifestations de ses partisans, le président Ashraf Ghani a finalement autorisé Abdul Rashid Dostum à regagner le pays.

    Délégation officielle, tapis rouge et affiches pour le retour du général Dostum à Kaboul ce dimanche 22 juillet. NOORULLAH SHIRZADA / AFP

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.