GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Au Bangladesh, les étudiants manifestent contre l'insécurité routière

    media Des étudiants bangladais manifestent contre la circulation anarchique et meurtrière, à Dacca, le 2 août 2018. Munir UZ ZAMAN / AFP

    Le Bangladesh, et en particulier sa capitale Dacca, est secoué depuis plusieurs jours par d'importantes manifestations étudiantes contre une circulation anarchique, et l'insécurité sur les routes. Les autorités ont demandé aux étudiants de mettre un terme aux blocages des principales artères et intersections de Dacca, complètement paralysée depuis cinq jours.

    Tout est parti de la mort de deux lycéens, tués sur le coup dimanche 29 juillet par un autobus qui les a fauchés sur le trottoir devant leur école. Plusieurs dizaines de milliers de lycéens et d'étudiants demandent aujourd'hui que justice soit faite. Le mouvement prend de l'ampleur et la tension est palpable dans certains quartiers de Dacca.

    « A Mirpur, un quartier à l'ouest de la capitale, la police a attaqué les étudiants et les piétons qui se trouvaient là, et il y a eu quelques blessés. Dans un autre quartier, un camion a fauché deux ou trois personnes parce que les étudiants qui protestaient lui ont demandé de montrer son permis et il ne l'avait pas », raconte ainsi Sakib Raihan, étudiant en ingénierie civile et participant au mouvement.

    Jeudi, le gouvernement a promis que le mouvement des étudiants allait être pris en considération et que leurs exigences seraient mises en œuvre. Les manifestants demandent un meilleur contrôle des conducteurs, une régulation plus stricte de la circulation, en somme une remise à plat d'un secteur largement considéré comme anarchique, corrompu et dangereux pour les piétons.

    Les compagnies de bus ici au Bangladesh recrutent souvent des conducteurs mal formés qui font des courses poursuites, et c'est précisément ce qui a tué les deux étudiants. Nous ne voulons pas mourir sur la route, nous voulons savoir si l'on va rentrer sain et sauf chez soi.

    Sakib Raihan, participant aux manifestations 03/08/2018 - par Jelena Tomic Écouter

    De sources officielles, plus de 4 200 piétons ont été tués dans des accidents de la circulation, un chiffre qui a progressé de 25 % en un an.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.