GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: la contestation étudiante ne faiblit pas malgré les intimidations

    media Des étudiants défilent dans les rues de Dhaka, le 5 août 2018. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Neuvième jour de manifestations des étudiants au Bangladesh pour demander une amélioration de la sécurité routière. Ces protestations spontanées ont débuté suite à la mort de deux jeunes, renversés par un bus. Mais, depuis trois jours, le gouvernement a lancé une répression violente du mouvement, blessant plusieurs jeunes et arrêtant des militants et des journalistes.

    Avec notre correspondant dans la région, Sébastien Farcis

    Le gouvernement a voulu apaiser les étudiants en annonçant, ce lundi, une proposition de loi qui punirait de cinq ans de prison tout chauffard qui blesserait une autre personne. Ce qui est une peine plus sévère que les trois ans actuels.

    La peine de mort s'appliquerait si un conducteur tue quelqu'un intentionnellement, ce qui est la définition d'un assassinat, déjà puni de la peine capitale.

    Mais le gouvernement a lancé une répression sanglante du mouvement et les jeunes craignent maintenant pour leur sécurité : des centaines de membres du syndicat étudiant du parti au pouvoir, équipés de casques de moto, attaquent violemment les manifestants.

    Journalistes frappés

    La police les soutient et tire des balles en caoutchouc, parfois des balles réelles. On compte ainsi des dizaines de blessés, certains graves. Les journalistes sont également frappés et leurs équipement brisés.

    De plus, les autorités ont placé un célèbre photographe, Shahidul Alam, en détention provisoire pour sept jours, pour avoir donné une interview à la chaîne al-Jazeera. Son méfait supposé : avoir propagé de fausses informations. La liberté d'expression est beinen danger au Bangladesh.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.