GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: une grande sécheresse menace l’économie d’une bonne partie du pays

    media Le bétail australien souffre avec la sécheresse qui sévit dans le nord-ouest du pays. Photo prise le 20 juillet 2018 en Nouvelle-Galles du Sud. REUTERS/David Gray

    L'Europe n'est pas la seule à connaître des semaines étouffantes. Aux antipodes, une sécheresse d'une rare intensité brûle les cultures australiennes, décime les troupeaux et plonge les agriculteurs dans de graves difficultés financières. La région de la Nouvelle-Galles du Sud est particulièrement touchée.

    Des douches de trois minutes maximum. Pas plus de deux lessives par semaine. Dans certaines zones, les habitants n'ont pas le choix. Au mois de juillet, à peine 10 millimètres de pluie sont tombés en Nouvelle-Galles du Sud. Il n'y a plus une goutte d'eau, et les prévisions météo sont alarmantes. Rien avant début novembre.

    La sécheresse met en danger toute une économie. Les agriculteurs ne peuvent plus arroser les champs. Impossible d'abreuver le bétail. Certaines exploitations sont obligées de mettre à mort une partie de leur cheptel. Les éleveurs sont au bord de la rupture alors que le taux de suicide dans ce secteur est déjà l'un des plus élevés du pays.

    La réponse du gouvernement : une dotation de 7 500 euros pour les 20 000 sinistrés, soit une enveloppe globale de 150 millions d'euros. « C'est peu et c'est trop tard », disent les sinistrés.

    Comment s'en sortir ? Des forages sont en cours pour trouver de nouvelles nappes phréatiques. Si cela ne suffit pas, il faudra faire livrer de l'eau par camion venu des régions voisines. En attendant, tout le monde lève les yeux au ciel en espérant qu'il pleuve.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.