GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: la Birmanie refuse de coopérer avec la Cour pénale internationale

    media Le camp de réfugiés Rohingyas à Ukhia, au Bangladesh, le 9 août 2018. CHANDAN KHANNA / AFP

    La Birmanie refuse de coopérer avec la Cour pénale internationale (CPI) concernant l'expulsion des Rohingyas vers le Bangladesh. 700 000 membres de cette minorité musulmane y ont trouvé refuge, après les violences de l'an dernier dans l'ouest du pays. Pour le gouvernement birman, la CPI n'a aucune compétence pour juger le pays, qui n'a jamais reconnu sa juridiction.

    Avec notre correspondante à Rangoon, Eliza Hunt

    C'est par un document de cinq pages que la Birmanie justifie son refus de coopérer avec la Cour pénale internationale. Cinq pages de critiques contre la CPI, accusée de manquer de transparence et de mettre en danger la souveraineté nationale.

    Pour la Birmanie, si une telle enquête est ouverte sur des crimes commis contre les Rohingyas, ce sera alors un « dangereux précédent » qui montrera que des accusations qualifiées ici de populistes peuvent être examinées sous la pression des organisations non-gouvernementales.

    Le message de la Birmanie est clair : le pays est le seul qui peut enquêter sur la situation dans l'Etat de l'Arakan, où ont eu lieu les violences contre les Rohingyas, et aucune ingérence internationale ne sera acceptée. Et ce même si le gouvernement a pourtant mis en avant il y a quelques jours la création d'une nouvelle commission d'enquête, composée notamment de deux diplomates étrangers, et qu'il y a deux mois la Birmanie a signé un accord avec l'ONU.

    Un accord qui tarde à se mettre en place, ont d'ailleurs dénoncé les Nations unies cette semaine, pressant les autorités à le respecter et demandant l'accès effectif à la région et la levée des restrictions de mouvement pour cette minorité musulmane.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.