GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Laos: le refus de transparence du gouvernement après l'effondrement d'un barrage

    media L'effondrement d'un barrage a provoqué d'importantes inondations dans la province d'Attapeu au Laos, ici le 25 juillet 2018. MIME PHOUMSAVANH/via REUTERS

    Plus de deux semaines après l’effondrement d’un barrage hydroélectrique dans le sud-est du Laos, le bilan exact de la catastrophe est encore inconnu. Le gouvernement laotien a indiqué que 30 personnes avaient été tuées, mais les témoignages des villageois évoquent un bilan beaucoup plus lourd, jusqu’à une centaine de morts. Ce manque de transparence s’explique en grande partie parce que cette catastrophe risque de remettre en cause la stratégie économique du gouvernement communiste laotien.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

    Depuis une quinzaine d’années, le gouvernement laotien a tout misé sur la production hydroélectrique grâce à des barrages construits sur le fleuve Mékong et ses affluents. Le but de ce pays communiste pauvre de sept millions d’habitants est de devenir, selon le slogan officiel, la « batterie de l’Asie du Sud-Est ». En clair, d’alimenter en électricité tous les pays voisins, et particulièrement la Thaïlande, grâce à la centaine de barrages construits ou en cours de construction.

    L’effondrement fin juillet d’un petit barrage hydroélectrique dans le sud-est du pays a montré de manière dramatique quelles peuvent être les conséquences d’un tel développement non maîtrisé. Si l’accident avait eu lieu sur l’un des énormes barrages sur le cours principal du Mékong, le bilan aurait été considérable. Malgré l’impact humain de l’accident, le gouvernement laotien refuse de reconnaître sa responsabilité, rejetant la faute sur l’une des firmes partenaires sud-coréennes.

    Selon le même refus de toute transparence, les journalistes étrangers se sont vus interdire de couvrir les conséquences de l’accident. Un déni de réalité qui s’explique par la peur du régime laotien de ce que sa stratégie hydroélectrique soit remise en cause. Une stratégie qui a beaucoup profité aux élites du pays et beaucoup nui aux villageois.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.