GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine dément la détention d'un million de musulmans ouïghours

    media Vue aérienne de la ville de Hami dans l'est de la région du Xinjiang. PATRICK BAZ / AFP

    La Chine a vigoureusement démenti lundi 13 août la détention dans des centres de rééducation d'un million de Ouïghours, ethnie majoritaire de la région musulmane du Xinjiang, dans le nord-ouest du pays. Mais les autorités chinoises ont défendu leur politique sécuritaire de lutte contre l'extrémisme et le terrorisme.

    Que se passe-t-il au Xinjiang, la plus grande région autonome de Chine, à l'extrême-ouest du pays ? Cette région regroupe plusieurs minorités, en particulier des Ouïghours, peuple musulman et turcophone, qui fait l'objet depuis des années d'une répression féroce de la part des autorités chinoises. Pékin parle d'extrémisme religieux, de séparatisme, les organisations de défense des droits de l'homme répondent surveillance généralisée. La polémique reprend après les propos d'une experte de l'ONU la semaine dernière.

    Tout est parti de Gay McDougall, membre du Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale. Elle a pris la parole vendredi dernier pour dénoncer la politique de la Chine envers la minorité ouïghoure.

    « Au nom de la lutte contre l'extrémisme religieux et du maintien de la paix sociale, les autorités ont fait de la région autonome ouïghoure quelque chose qui ressemble à un immense camp d'internement. On estime que plus d'un million de personnes sont détenues dans de prétendus "camps anti-extrémistes" et deux millions d'autres dans de camps de "rééducation" où ils subissent un endoctrinement politique et religieux », déclare-t-elle.

    Faux, selon Pékin

    Réponse de Pékin ce lundi : c'est totalement faux. « Il n'y a aucune politique visant une minorité ethnique en particulier. Nous ne limitons ni les droits ni la liberté de religion du peuple ouïghour », a déclaré Ma Youqing, directeur du Département du travail du Front Uni, agence du Parti communiste chinois, au pouvoir à Pékin.

    L'un des organes de presse du régime chinois enfonce le clou dans son éditorial. « Des politiciens et médias des Etats-Unis et d'autres pays occidentaux ont intensément critiqué la gouvernance du Xinjiang, parlant de massives violations des droits de l'homme et qualifiant la région de prison à ciel ouvert », écrit le Global Times. Et le journal ajoute : « Leur objectif est de semer le trouble au Xinjiang, et de détruire la stabilité si péniblement accomplie dans la région ». Grâce au durcissement sécuritaire, écrit  le Global Times,  « le Xinjiang a été sauvé alors qu'il était au bord du chaos, évitant le sort d'une nouvelle Syrie ou d'une nouvelle Libye ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.