GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Hong Kong: l’indépendantiste Andy Chan défie son gouvernement et la Chine

    media Andy Chan lors de son face-à-face avec le Clubs des correspondants à Hong Kong le 14 août 2018. Paul Yeung/Pool via REUTERS

    A Hong Kong, le militant indépendantiste Andy Chan a finalement pris la parole ce mardi devant le Club des correspondants étrangers, malgré les pressions de Pékin et de la chef de l’exécutif hongkongais. Pendant son discours, indépendantistes et pro-Pékin manifestaient devant l’immeuble.

    « Nous sommes une nation qui est en train d’être rapidement annexée et détruite par la Chine ». Andy Chan a pour le moins été offensif ce mardi devant un Club des correspondants étrangers plein à craquer. Le militant indépendantiste a rappelé que le gouvernement hongkongais l’avait empêché de se présenter aux dernières élections, et que la police le mois dernier avait demandé l’interdiction de son parti, une première depuis la rétrocession du territoire à Pékin en 1997. Autant de preuves selon Andy Chan que la liberté et la démocratie que le gouvernement hongkongais « prétend défendre » ne sont que des « mirages communistes ».

    Pendant ce temps quelques dizaines de Hongkongais manifestaient devant l’immeuble : certains étaient là pour défendre la liberté d’expression, d’autres agitaient des bannières pro-indépendance, d’autres encore, drapeau chinois en main, traitaient le Club des correspondants étrangers de voleurs et réclamaient leur départ de Hong Kong.

    Une fois le discours fini, Pékin a accusé le FCC d’abuser de la liberté de presse et d’entraver le fonctionnement de l’Etat. Le gouvernement de Hong Kong a estimé que permettre à Andy Chan d’exprimer des idées indépendantistes était « totalement inacceptable et profondément regrettable ». Le FCC, qui par le passé a invité des responsables chinois à s’exprimer, a rappelé qu’il ne prenait pas parti et n’était attaché qu’à la liberté d’expression.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.