GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Demi-frère de Kim Jong-un: l'accusation de meurtre par préméditation retenue

    media L'Indonésienne Siti Aisyah à sa sortie de l'audience du 16 août 2018, au tribunal Shah Alam, dans le faubourg de Kuala Lumpur. REUTERS/Lai Seng Sin

    Le procès des deux femmes accusées du meurtre du demi-frère en exil du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en février 2017 à l'aéroport de Kuala Lumpur va donc se poursuivre. La justice malaisienne a retenu ce jeudi l'accusation de meurtre par préméditation. C'est une nouvelle étape du procès qui commence.

    Après avoir entendu les arguments de l'accusation, le juge malaisien a estimé que l'Indonésienne Siti Aisyah et la Vietnamienne Doan Thi Kuong avaient bien eu l'intention de causer la mort de Kim Jong-nam.

    Le magistrat a souligné qu'en l'état du dossier, les preuves étaient suffisantes pour plaider l'assassinat politique.

    Les deux accusées ont plaidé non coupable, et répété ce qu'elles avaient dit depuis le début du procès, il y a plus de dix mois : elles pensaient participer à une caméra cachée. Selon les avocats de la défense, les deux femmes ont été instrumentalisées dans ce qu'ils ont eux-mêmes qualifié de meurtre politique et de suggérer qu'il fallait regarder du côté de l'ambassade de Corée du nord en Malaisie.

    Avant son empoisonnement, le demi-frère de Kim Jong-un, était un grand critique du régime nord-coréen, il vivait d'ailleurs en exil.

    Les accusées, âgées d'une vingtaine d'années, encourent la peine de mort. Elles comparaîtront de nouveau entre novembre et février prochains.

    Des suspects manquent cependant à l'appel dans ce procès, il s'agit des quatre Nord-Coréens, filmés par les caméras de vidéosurveillance de l'aéroport, et qui pourraient être les véritables cerveaux de cet assassinat.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.