GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Des Sud-Coréens partent à la rencontre de leurs parents nord-coréens

    media Les participants sud-coréens des réunions familiales inter-coréennes se présentent pour l'hymne national alors qu'ils se réunissent à la veille du départ pour la Corée du Nord, dans un hôtel de Sokcho, le 19 août 2018. Ed JONES / AFP

    Ce lundi 20 août, au nord de la frontière inter-coréenne, débutent les retrouvailles des familles séparées par la guerre de Corée (1950-53). Jusqu’à mercredi, la délégation sud-coréenne, composée de 89 personnes, va d’abord rencontrer les membres de leurs familles restés au Nord. Les trois jours suivants, ce sera au tour de 83 Nord-Coréens de revoir pour quelques heures seulement leurs proches vivants du Sud. Tous n’avaient qu’une chance sur 529 d’être sélectionnés grâce à un système de loterie électronique. Il s’agit des 21es réunions du genre après leur interruption il y a trois ans suite à une escalade de tension sur la péninsule.

    Avec notre correspondant à SéoulLouis Palligiano

    « Des petits appareils ménagers, des compléments alimentaires, quelques vieilles photos… » Lee Soo-nam, 77 ans, nous dresse la liste des cadeaux qu’il s’apprête à offrir à son grand frère qu’il n’a pas vu depuis plus de 60 ans et nous livre son impression au moment où la Croix rouge lui a annoncé qu’il avait été sélectionné pour participer à ces retrouvailles.

    « Je ne savais même pas s’il était vivant ou mort après la guerre de Corée. Quand j’ai appris qu’il était en vie, j’étais extrêmement heureux et surpris. J’ai hâte de le revoir. »

    Lee s’assombrit néanmoins en pensant au fait qu’ils se reverront sans doute pour la dernière fois. « Maintenant que je sais que nous allons nous revoir, je crains le moment où nous serons de nouveau séparés. Mes sentiments sont partagés, car je sais qu’il est vieux maintenant et que je le suis aussi. »

    Amertume

    Kim Seon-gu a, quant à lui, été tiré au sort il y a trois ans lors des dernières réunions des familles séparées par la guerre de Corée. Le fermier de 87 ans se remémore cette expérience avec amertume.

    « Je n’ai rien ressenti de particulier. Tous les membres de ma famille étaient décédés sauf mes deux petits frères qui étaient très jeunes la dernière fois que nous nous sommes vus. Si j’avais pu revoir mes parents, ça aurait été différent. »

    Depuis 1988 plus de 132 000 personnes se sont portées candidates à ses retrouvailles. Aujourd’hui, seules quelques 57 000 d’entre elles, désormais très âgées, sont encore en vie.

    Des parents sélectionnés pour les retrouvailles témoignent

    De notre correspondant à Séoul, Louis Palligiano

    20/08/2018 - par RFI Écouter

    Ja Eun Jung est à la tête de l'équipe chargée de la coopération entre les deux Corées à la Croix Rouge sud-coréenne. Elle veille au bien être des membres de familles séparées pendant leur séjour en Corée du Nord jusqu'au 22 août.

    « Lorsque nous parlons de familles séparées par la guerre de Corée, j'estime que ce qu’il y a de plus important ce sont les problèmes de droits de l'homme entre les deux Corées. Par conséquent, mis à part le contexte politique, qu’il soit bon ou mauvais, les réunions doivent être tenues régulièrement. Malheureusement, les tensions diplomatiques affectent énormément les retrouvailles. Les deux choses devraient être bien distinctes. »

    « Le temps presse pour tenir ces réunions. Principalement, parce que les personnes concernées sont très âgées et parfois en mauvaise santé. Elles ont besoins de beaucoup d'aide pour se rendre en Corée du Nord, cela leur demande un grand effort et nous sommes là pour faciliter au maximum leur déplacement. De nombreux candidats qui souhaitaient revoir leurs proches sont aujourd’hui décédés. Environ 4 000 disparaissent chaque année. Par exemple, si un frère du sud voulait rencontrer son frère au nord mais qu'il n'est plus là, il se retrouve face à son fils ou sa fille qu’il n’a sûrement jamais rencontré. Ils se retrouvent donc finalement avec des personnes qu’ils ne connaissent que peu ou pas du tout. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.