GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: dernière journée de procès pour deux journalistes de Reuters

    media Le journaliste birman Kyaw Soe Oo, le 6 août 2018 à la sortie d'une audience à Rangoun avec sa fille dans les bras. REUTERS/Ann Wang

    En Birmanie, c'est la fin ce lundi 20 août 2018 d'un procès très médiatisé, dont on connaitra dans les prochaines semaines le verdict. Deux journalistes de l'agence Reuters sont poursuivis pour détention de documents confidentiels, après leur enquête sur des crimes commis contre la minorité musulmane des Rohingyas l'an dernier. Les dernières plaidoiries concluent un procès vu comme un test pour la liberté de la presse dans le pays.

    Avec notre correspondante à Rangoun,  Eliza Hunt

    Escortés par des policiers, les poignets menottés, clamant leur innocence ; ce sont les images des deux journalistes de l'agence Reuters qui ont rythmé les presque huit mois d'audiences.

    Des semaines pendant lesquelles les deux hommes ont expliqué qu'ils avaient été piégés par la police, qui leur avait remis des documents dits confidentiels sur les opérations de l'armée dans l'Etat de l'Arakan, juste avant de les arrêter.

    La police a pour sa part assuré qu'elle avait interpellé au hasard les deux journalistes, même si un des officiers a confirmé la version des reporters de l'agence Reuters.

    Wa Lone, le 29 mai 2018 à Rangoun avec son compagnon d'infortune, tous deux escortés par la police. REUTERS/Ann Wang/File Photo

    Aung San Suu Kyi pointée du doigt

    S'ils sont reconnus coupables, les deux Birmans risquent jusqu'à 14 ans de prison, pour leur enquête sur le massacre de 10 Rohingyas par l'armée et des villageois bouddhistes.

    Le procès aura été marqué par les appels de la communauté internationale pour défendre la liberté de la presse dans un pays où les militaires sont encore puissants.

    Le gouvernement de la dirigeante Aung San Suu Kyi est pointé du doigt pour les atteintes à la liberté d'expression. Depuis son arrivée au pouvoir, il y a deux ans, 14 journalistes ont été poursuivis pour diffamation en ligne. Un chiffre plus élevé que sous le régime précédent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.