GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    [Reportage] Un an après leur exode massif, les Rohingyas réclament justice

    media Des réfugiés rohingyas manifestent dans le camp de Kutupalong au Bangladesh le 25 août 2018. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Des milliers de Rohingyas ont défilé dans les allées des camps où ils ont trouvé refuge ce samedi 25 août au Bangladesh. Un rassemblement un an jour pour jour après le début de la répression de l’armée birmane contre cette minorité musulmane victime de « nettoyage ethnique » selon les Nations unies. 6 700 personnes seraient mortes dans les violences selon Médecins sans frontières et les Rohingyas continuent de réclamer justice pour les crimes qu’ils ont subis.

    Avec notre envoyée spéciale au Bangladesh, Eliza Hunt

    « Nous sommes des Rohingyas, nous sommes des êtres humains, la seule chose dont nous avons besoin, c’est de nos droits », chante Ferdouz, un petit garçon de 10 ans réfugié dans le camp de Kutupalong au Bangladesh. « Mon pays me manque beaucoup, j’étais heureux là-bas, explique-t-il. Mais l’armée a tué nos pères, a violé nos mères… On a besoin de justice avant d’y revenir ». 

    Les autorités birmanes ont toujours nié les accusations de violences contre les civils rohingyas. Une mission d'enquête des Nations unies n’a jamais été autorisée dans l’ouest du pays. Pourtant, selon Mayyu Ali, un réfugié de 26 ans, c’est bien de la communauté internationale que doit venir la justice.

    Les Rohingyas en appellent à la communauté internationale

    « La seule manière pour faire taire les démentis du gouvernement birman, c’est que la communauté internationale augmente sa pression encore et encore, affirme le jeune homme. Je me sens triste quand je vois que des missions d'enquête ne peuvent pas venir dans le pays. La vérité est encore dans les ténèbres », déplore-t-il. 

    La pression internationale devrait s’intensifier dans les prochains jours. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit pour parler de la crise des Rohingyas ce mardi 28 août.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.