GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: démission d'Hanif Atmar, le chef du Conseil de sécurité nationale

    media Le président afghan Ashraf Ghani (notre photo) n'est plus sur la même longueur d’onde qu'Hanif Atmar. REUTERS/Omar Sobhani

    Démissions en cascade au sein de l'appareil de sécurité en Afghanistan. Si les démissions des ministres de la Défense, de l'Intérieur, et du responsable de la Direction nationale de la sécurité ont été rejetées par le président Ghani, celle du conseiller à la Sécurité nationale a été acceptée hier, samedi 25 août. C’est un grand coup de tonnerre en Afghanistan oû Hanif Atmar était considéré comme le deuxième homme fort du pays. Des différends avec le président seraient à l’origine de cette décision.

    Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    La rumeur circulait depuis plusieurs mois. Elle n’en n’est plus une désormais. Hanif Atmar a démissionné. A la tête du Conseil de sécurité nationale depuis quatre ans, il était considéré comme le deuxième homme fort du pays après le president Ashraf Ghani. Les deux hommes n’étaient plus sur la même longueur d’onde peut-on entendre dans les couloirs du palais présidentiel à Kaboul.

    Hanif Atmar l'a d'ailleurs écrit noir sur blanc dans sa lettre de démission manuscrite publiée sur les réseaux sociaux. Il évoque « des désaccords importants » en matière de politique et de méthode avec le plus haut sommet de l’Etat. Certains voient dans cette démission un limogeage deguisé après des violences repétées ces dernières semaines avec, notamment, mardi dernier, une attque revendiquée par le groupe EI contre le palais présidentiel et le quartier diplomatique. Une trentaine de roquettes avaient été tirées avant que les terroristes ne soient abattus.

    Selon certains médias locaux, ce sont les ambitions électoralistes d’Hanif Atmar, qui pourrait se porter candidat à la présidentielle de 2019, qui seraient à l'origine de cette démission. Agé de 49 ans, ancien ministre de l'Intérieur sous l'ancien président Hamid Karzaï, l’homme peut se targuer d’une certaine expérience politque. Ashraf Ghani lui a choisi pour successeur Hamdullah Mohib, l'ambassadeur afghan à Washington depuis 2015. Un trentenaire, ingenieur en informatique de formation, mais sans aucune expérience en matière de sécurité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.