GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: dans les camps de réfugiés, l'appel au Conseil de sécurité de l'ONU

    media Mohib Bullah, le 21 avril dernier au Bangladesh. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    « Génocide », le mot est lâché. Un an après le début de l’exode de près de 700 000 Rohingyas face aux violences de l’armée birmane, dans l’ouest du pays, l'ONU demande dans un rapport à ce que le Conseil de sécurité agisse. Une réunion est prévue ce mardi 28 août 2018 pour le premier anniversaire de la crise. Dans les camps de réfugiés, la pression internationale reste la seule solution.

    Entre les mains de Mohib Bullah, une liste de plusieurs pages énumérant les violences subies par les Rohingyas réfugiés dans les camps. Un document destiné à la Cour pénale internationale, explique notre envoyée spéciale dans le camp de Kutupalong, Eliza Hunt.

    « On a déjà dû fuir le pays par le passé, mais jamais on n'a demandé ce type de justice. Résultat, le gouvernement a recommencé, et cette fois, cela a été un génocide. C’est pour cela qu’on demande aujourd’hui à la communauté internationale de nous aider à obtenir justice, car cela va influencer le gouvernement », explique Mohib Bullah.

    D’après lui, rien n’a prouvé depuis un an que le gouvernement birman veut trouver une solution. Il compte donc sur la pression internationale, tout comme cet autre réfugié rohingya, ancien directeur d’école, pour qui la communauté internationale a un devoir à leur égard.

    « Les Nations unies, les Européens… Ils seront tous responsables si les violences arrivent de nouveau, ils ont la responsabilité d’intervenir, de trouver une solution. Pour l’instant, ils critiquent, ils parlent, mais ce n’est pas assez », dénonce l'ancien directeur. Ici, tous attendent désormais que le Conseil de sécurité de l'ONU agisse rapidement.

    Après un an d'enquête, les experts de l'ONU accusent l'état-major birman d'avoir voulu anéantir tout un peuple, à travers toute la panoplie de la terreur : exécutions sommaires, torture, esclavage, déportation, viol... Le document désigne six responsables, dont le chef de l'armée et ses principaux adjoints. Et d'appeller le Conseil de sécurité à faire traduire ces hommes devant la justice internationale.

    D'abord, nous demandons qu'un mécanisme soit mis sur pied afin que les preuves dont nous disposons soient préservées, que les investigations, les interrogatoires puissent commencer, et que l'on monte un dossier d'accusation. Ensuite, nous espérons que le Conseil de sécurité saisira la Cour pénale internationale ou constituera un tribunal spécial

    La Sri-Lankaise Radhika Coomaraswamy fait partie des trois experts mandatés par les Nations unies pour cette enquête 28/08/2018 - par Vincent Souriau Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.