GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Malaisie: deux femmes flagellées à cause de leur homosexualité

    media Les mains d'une personne transgenre agressée en Malaisie; c'était le 20 août 2018 (photo d'illustration). THOMSON REUTERS FOUNDATION/ Beh Lih

    En Malaisie, deux femmes ont été flagellées aujourd’hui, après avoir été reconnues coupables de relations homosexuelles. Les relations lesbiennes constituent une violation de la loi islamique, la charia, à laquelle sont soumis tous les musulmans du pays. Mais c’est la première fois que la sentence a été prononcée et appliquée.

    Avec notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten

    « Une sentence inquiétante. » Les défenseurs des droits de l’homme et autres associations de défenses des droits des LGBT sont particulièrement alarmés par la sentence appliquée aujourd’hui à la haute cour islamique du Terengannu, une province très conservatrice du nord-est de la Malaisie.

    Les deux femmes, de 22 et 32 ans, ont été arrêtées en avril dernier dans une voiture, sur une place publique. Les relations lesbiennes sont illégales pour les musulmanes de Malaisie, mais pas pour les citoyennes d’origine chinoise ou indienne. En plaidant coupable, les deux prévenues écopaient d’office de six coups de bâtons et d’une amende de 700 euros.

    Mise en scène dégradante

    Si la sodomie est un crime pour l’ensemble de la population, « c’est la première fois en revanche que des femmes sont fouettées pour avoir entretenu une relation intime. Et cela a poussé de nombreux activistes à dénoncer cette peine inhumaine et dégradante. »

    Humiliante également la mise en scène : ce matin, près de 150 personnes se sont réunies à la haute cour islamique pour assister à l’application des peines. Les réactions des deux femmes ont été décrites par le menu, et des observateurs de la cour islamique, mais également du barreau civil, se sont étendus dans la presse pour minimiser la sévérité des coups.

    Les associations, elles, ont dénoncé l’absence de réaction du nouveau gouvernement, qui a accédé au pouvoir en mai dernier, supposément plus libéral que le précédent.

    ► A relire : LGBT: l'orientation sexuelle relève-t-elle des droits de l'homme à l'ONU ?

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.