GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: double attentat contre un club de sport de Kaboul

    media Vue générale de Kaboul, le 16 janvier 2017. REUTERS/Mohammad Ismail

    Au moins 20 personnes, dont deux journalistes accourus sur les lieux, ont été tuées et 70 blessées ce mercredi dans un double attentat visant un club de sport d'un quartier chiite de Kaboul, ont indiqué les autorités afghanes.

    La première explosion s'est produite vers 18H00 locales (13H30 GMT) dans le quartier chiite de Dashti Barchy dans l'ouest de la capitale, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur. Elle n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, mais la minorité chiite d'Afghanistan est régulièrement visée par le groupe Etat islamique (EI). Les talibans ont nié toute implication dans un message de leur porte-parole  sur la messagerie WhatsApp.

    « L'explosion a été causée par un kamikaze », a indiqué le porte-parole de la police. Il a fait sauter sa charge explosive à l'intérieur d'un gymnase où s'entraînaient des lutteurs, le Maiwand club. Le responsable de la salle de sport, Pahlawan Shir, a indiqué que l'assaillant avait « tué les gardes à l'entrée de la salle avant de déclencher sa charge explosive ».

    Cet attentat-suicide a été suivi peu après par l'explosion d'une voiture piégée à proximité des secours qui s'affairaient autour des blessés et des journalistes arrivés sur les lieux. La chaîne de télévision afghane ToloNews a confirmé le décès de deux de ses journalistes, un reporter et un caméraman. Selon un centre de soutien aux médias en Afghanistan, le NAI, quatre autres journalistes ont été blessés.

    Dans un communiqué, le président afghan Ashraf Ghani a condamné « avec la plus grande fermeté ces attentats terroristes ».

    Treize journalistes sont décédés dans l'exercice de leur profession depuis le début de l'année en Afghanistan. Neuf l'ont été dans des conditions similaires en mai, lors d'un double attentat à Kaboul, revendiqué par l'Etat islamique, qui avait notamment tué le chef photographe du bureau de l'AFP, Shah Marai. Deux autres journalistes ont été abattus à Kandahar (sud) et Khost (est).

    Le dernier attentat contre la communauté chiite de Kaboul remonte au 15 août. Il avait coûté la vie à 37 personnes dans un centre de préparation aux examens d'entrée à l'université. Il avait été revendiqué par l'EI.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.