GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    • Etats-Unis: plusieurs morts et blessés lors d'une fusillade dans le Maryland (police)
    Asie-Pacifique

    Séisme au Japon: les recherches pour retrouver les survivants se poursuivent

    media Le 7 septembre 2018: sur l'île d'Hokkaido au Japon, les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver des survivants après le séisme du 5 septembre. Kyodo/via REUTERS

    Au Japon, les opérations de sauvetage se poursuivent deux jours apres le séisme qui a touché l'île d'Hokkaido. Le dernier bilan provisoire du tremblement de terre survenu s’élève à dix-huit morts et une vingtaine de personnes disparues.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    La terre continue de trembler dans la région rurale d’Atsumi. Le séisme a coupé en deux plusieurs montagnes, causé des glissements de terrain qui ont rasé une forêt entière et englouti des maisons. Aujourd’hui, 25 000 militaires tentent de sauver des vies, si cela est encore possible.

    La moitié de l’île d’Hokkaido, proche de la Sibérie, est toujours sans électricité. La compagnie Hokkaido Electric a dû arrêter d’urgence toute ses centrales thermiques au moment de la secousse, privant la seule centrale nucléaire de l’île, celle de Tomari, d’alimentation électrique extérieure.

    Le plus impressionnant c'était l'absence d'électricité, confie à RFI, Nicolas Jégonday, le directeur de l'Alliance française à Sapparo, « parce que tout de suite le courant a été coupé et vous savez que les villes japonaises sont des villes très lumineuses et là, hier, il n’y avait plus rien. La ville était toute noire. Bien sûr, il n’y avait plus de transports en commun, donc tout le monde marchait. Beaucoup de gens avaient une lampe de poche à la main et rentraient chez eux ou allaient faire les courses...»

    L'un des principaux problèmes était de trouver un moyen de recharger les téléphones portables, et « les voitures qui devenaient la source d’énergie la plus importante, donc les gens partageaient les voitures », poursuit Nicolas Jégonday.

    Pour continuer à refroidir ses trois réacteurs à l’arrêt depuis l’accident de Fukushima, la centrale a activé des groupes électrogènes. Selon des experts, la centrale de Tomari serait construite sur une faille sismique active.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.