GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    A l'issue d'un Conseil des ministres marathon, la Première ministre britannique annonce ce mercredi soir que son gouvernement a approuvé le projet d'accord de Brexit, conclu hier par les négociateurs européens et britanniques.

    Asie-Pacifique

    Cambodge: Kem Sokha libéré après plus d'un an passé derrière les barreaux

    media Kem Sokha, en 2017 dans la province de Prey Veng (illustration). REUTERS/Samrang Pring/File Picture

    L'opposant cambodgien est libéré sous caution et assigné à résidence. Accusé de trahison, il était détenu dans une prison près de la frontière vietnamienne depuis un an et une semaine. Kem Sokha a rejoint sa résidence dans la nuit du lundi 10 septembre 2018. Pour l'heure, peu d'informations sur les conditions de sa libération.

    Avec notre correspondante à Phnom Penh,  Juliette Buchez

    Selon la justice cambodgienne, le leader de l’ancien parti d’opposition CNRP aurait cherché à renverser le gouvernement avec le soutien des Etats-Unis. Des charges et une détention de plus d'un an perçues comme politiquement motivées, et largement critiquées par plusieurs organisations internationales.

    Sur des photos diffusées sur Facebook, les cheveux de Kem Sokha semblent avoir blanchi pendant sa détention. Ce lundi matin, une centaine de ses soutiens se sont rendus devant sa maison, mais l’un de ses avocats s’est excusé au nom de l'homme politique, car il n’apparaîtra pas en public pour l’instant.

    Le Cambodge critiqué dans le monde depuis l'arrestation

    Hasard du calendrier ? Le Parlement européen doit se pencher cette semaine sur des propositions de résolutions, voire de sanctions, au sujet de la situation du Cambodge et du cas de Kem Sokha. Deux mois après son arrestation en septembre 2017, le Parti du sauvetage national du Cambodge était dissout.

    Cette décision de la Cour suprême était survenue en pleine année électorale. L’absence du principal parti d’opposition aux élections législatives de juillet dernier avait ainsi été dénoncée par plusieurs Etats et organisations internationales, dont certaines ont remis en cause la légitimité même du scrutin.

    Une mesure visant à éviter les sanctions internationales ?

    Lors des précédentes élections législatives de 2013, le parti d’opposition de Kem Sokha avait emporté 44,5% des voix. Mais cette année, le Parti du peuple cambodgien (KPK) du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 33 ans, a remporté l’intégralité des sièges au Parlement. Une première au Cambodge.

    Une libération qui intervient alors que une vingtaine d’opposants politiques, d’activistes ou de journalistes ont été graciés ou libérés sous caution ces dernières semaines. Mais le gouvernement se défend néanmoins de chercher à améliorer son image, alors que les Etats-Unis ont déjà imposé des sanctions à certains représentants du pays. L'Union européenne elle envisage des sanctions économiques.

    Kem Sokha semble largement privé de tout moyen de contester réellement le pouvoir en place, parce que sa libération est assortie d’un certain nombre de conditions. Il est quasiment assigné à résidence, d’autre part il n’a aucun droit – sous peine d’emprisonnement - de reprendre contact avec les anciens collègues de son parti.
    Jean-Louis Margolin Maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Provence 10/09/2018 - par Christophe Paget Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.