GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Venezuela: Nicolás Maduro toujours en Chine, à la recherche de solutions

    media Les présidents Xi Jinping et Nicolás Maduro, le 14 septembre 2018 à Pékin. Miraflores Palace/Handout via REUTERS

    Le président vénézuélien est en Chine ce week-end, pour tenter d'obtenir l'aide de son principal créditeur, alors que l'économie de son pays est dévastée. Objectifs : obtenir un nouveau report du paiement de sa dette, et des nouveaux investissements chinois pour sauver sa seule source de revenus, ses puits de pétrole.

    Avec notre correspondant à Shanghai,  Simon Leplâtre

    C'est un détour que peu de leaders internationaux se donnent la peine de faire : vendredi 14 septembre 2018, le président vénézuélien Nicolás Maduro est allé visiter pour la première fois le mausolée de Mao Zedong, et a rendu hommage au Grand Timonier, le fondateur de la République populaire de Chine.

    Aux grands maux les grands remèdes. Car si le successeur d'Hugo Chávez s'était bien sûr déjà rendu en Chine, jamais il ne l'avait fait dans une situation aussi désespérée. Caracas enchaîne une cinquième année de récession, et l'économie est en si mauvais état que la production de pétrole baisse ses dernières années.

    La faute aux investissements, précisément ce qu'est venu chercher Maduro. La Chine devrait investir un peu, et assurer la construction de certains puits de pétrole. Le Premier ministre chinois a promis d'aider le Venezuela de toutes les manières possibles. Reste à savoir si Pékin va prêter beaucoup plus ou non.

    Caracas doit déjà plus de 20 milliards de dollars de dettes qui doivent être remboursés en pétrole. Peu de détails financiers ont été donnés. Mais pour la Chine, continuer à investir dans les conditions actuelles, cela revient à sécuriser ses livraisons de pétrole. Et à empiéter sur « la chasse gardée » américaine.

    En devenant le dernier recours du Venezuela, Pékin accroît son influence politique sur un pays important d'Amérique du Sud. Or, pour faire face à la superpuissance actuelle et devenir la superpuissance de demain, la Chine a besoin d'alliés. Les courbettes de Nicolás Maduro prouvent que cette politique généreuse fonctionne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.