GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 5 Décembre
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Glissement de terrain aux Philippines: peu d'espoir de retrouver des survivants

    media Les équipes de secours à pied d'œuvre à Itogon, sur l'île de Luçon, ce mardi 18 septembre, après un terrible glissement de terrain provoqué par le typhon Mangkhut. REUTERS/Erik De Castro

    Aux Philippines, le bilan de l'énorme glissement de terrain survenu à Itogon, sur l'île de Luçon, dans le sillage du typhon Mangkhut, s'aggrave. Quatre jours après la tempête, la plus puissante de l'année à ce jour dans le monde, les chances de retrouver des survivants s'amenuisent, selon les secours déployés par centaines. Selon le maire, une quarantaine de personnes pourraient être ensevelies. Au total, le bilan du typhon est d'au moins 74 morts dans l'archipel.

    Habitué à intervenir sur les désastres naturels, Alan Drilon, directeur des opérations, parle d'une intervention hors-norme. « C'est dur, très dur. Nous ne pouvons pas acheminer d'équipement lourd en contrebas, et donc nous creusons essentiellement à la force de nos bras », confie-t-il.

    L'opération est particulièrement éprouvante pour les secours, alors que les chances de retrouver des survivants s'amenuisent, rapporte notre envoyée spéciale à Itogon, Marianne Dardard. « Hier, raconte encore Alan Drilon, avec mon équipe, nous avons retrouvé trois corps, et un dont la partie inférieure manquait. »

    La situation est très délicate. Pense-t-il qu'il soit encore possible de retrouver des survivants ? « En quatre jours, peut-être en trois ; mais en quatre jours, je doute qu'il y ait des mineurs encore en vie, en tout cas ce n'est pas probable », répond-il avec sincérité.

    « Notre intervention est dangereuse à cause de la forte pente, et puis le sol n'est pas stable après le passage du typhon et menace encore s'effondrer », observe-t-il, tandis que le maire d'Itogon, Victorio Palangdan, estime qu'une quarantaine de personnes pourraient toujours être ensevelies.

    Le glissement de terrain a détruit les routes, explique l'Agence France-Presse. Si bien que les autorités n'ont pas pu faire venir d'équipements lourds pour accélérer les recherches. D'où ces fouilles dans les débris avec des pelles et à mains nues. « Les efforts se poursuivront jusqu'à ce que le président nous dise d'arrêter », assure le maire de la localité.

    Les secours philippins sur les dents après le passage du typhon Mangkhut

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.