GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives en Inde: début du dépouillement (commission électorale)
    • Le japonais Panasonic suspend ses transactions avec Huawei (porte-parole)
    • Boeing n'a pas encore formellement soumis pour évaluation le correctif du 737 MAX (régulateur américain)
    Asie-Pacifique

    L'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté

    media Des dizaines de militants ont salué la décision du tribunal à Islamabad, le 19 septembre 2018. REUTERS/Faisal Mahmood

    Nawaz Sharif a été libéré sous caution ce mercredi 19 septembre au Pakistan. L’ex-Premier ministre avait été condamné début juillet en première instance à dix ans de prison pour corruption, suite aux révélations des Panama Papers.

    De notre correspondante à Islamabad, Solene Fioriti

    C’est peut-être la fin d’une tragédie familiale et politique. La Haute Cour d'Islamabad a décidé de libérer Nawaz Sharif et sa fille Maryam. Cette décision a provoqué une explosion de joie du côté des partisans de l’ancien Premier ministre qui se sont regroupés devant la prison d’Islamabad.

    Le clan Sharif a été mis a rude épreuve ces derniers mois. La fille et le père ont été enfermés lors des dernières élections générales : un triste symbole pour leur parti politique, puis la mort de la femme de Nawaz Sharif la semaine dernière à la suite d’un cancer.

    Son mari Nawaz Sharif, qu’on appelle le lion du Penjab, en référence à son tempérament très fort, avait été destitué en 2017 par la Cour suprême en raison d’accusations très controversées de corruption. Beaucoup d’observateurs soupçonnaient l’armée d’avoir joué un rôle dans cette décision. Des craintes d’autant plus légitimes aujourd’hui, car cette libération soudaine semble montrer qu’il fallait coûte que coûte que Nawaz Sharif soit muselé le temps des élections. Reste à savoir si sa remise en liberté représente ou non une menace pour son ennemi politique, le nouveau Premier ministre Imran Khan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.