GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: six adolescents acquittés du crime de lèse-majesté

    media Le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, photographié lors des obsèques grandioses de son père, le 26 octobre 2017. REUTERS/Damir Sagolj

    En Thaïlande, six adolescents ont été acquittés en appel, jeudi 20 septembre, du crime de lèse-majesté, un chef d’inculpation qui peut entraîner une peine de prison allant jusqu’à quinze ans. Ces adolescents avaient brûlé l’an dernier des arches décorées de portraits de membres de la famille royale. Cet acquittement est le quatrième de l’année et semble indiquer que le nouveau roi Vajiralongkorn souhaite un assouplissement dans l’application de cet article draconien du code pénal.

    De notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

    Six adolescents, âgés entre 18 et 20 ans, avaient mis le feu l’an dernier à une série d’arches royales dans la province de Khon Kaen, dans le nord-est du royaume. Ils avaient été condamnés en janvier à de longues peines de prison et avaient ensuite interjeté appel.

    Leur acquittement semble indiquer un infléchissement dans l’application de cette loi archaïque, une loi qui est la plus sévère au monde en la matière. Il s’agit en effet du quatrième acquittement cette année ; et aucune nouvelle condamnation n’a été prononcée depuis fin 2017. En Thaïlande, tout propos critique envers les principaux membres de la famille royale est passible selon le code pénal d’une peine de prison entre 3 et 15 ans.

    Dans un cas emblématique, les poursuites ont été levées en début d’année contre un intellectuel octogènaire, Sulak Sivarak. Il avait émis des doutes sur les exploits guerriers d’un roi du XVIème siècle. Par contraste, les condamnations pour lèse-majesté ont été très fréquentes entre le coup d’Etat de mai 2014 et la fin 2017, les dirigeants de la junte au pouvoir s’étant montrés particulièrement inflexibles sur ce chapitre. Il semble désormais que le nouveau roi, qui est loin d’avoir la popularité de son père décédé en 2016, veuille apparaître comme un souverain bienveillant. Peut-être un moyen de se bâtir une légitimité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.