GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Election présidentielle cruciale pour l'archipel des Maldives

    media Maldives President, Abdulla Yameen REUTERS

    L'élection présidentielle qui se tient ce dimanche aux Maldives ne sera pas « libre et équitable », a prévenu un groupe d'observateurs internationaux. Ces dernières années et particulièrement ces derniers mois ont vu l'archipel de l'océan Indien virer au régime autoritaire. Le président sortant, Abdulla Yameen, a mis l’essentiel de l’opposition en prison ou l’a poussée à l’exil. Face à lui Ibrahim Mohamed Solih, un parlementaire choisi par l’opposition après qu’il a été signifié à l’ancien président Mohamed Nasheed qu’il avait interdiction de se présenter.

    Il y a cinq ans, Abdulla Yameen avait remporté la présidentielle de justesse – 6 000 voix d’avance, après l’annulation par la Cour suprême d’un premier vote qu’il avait perdu. Et, selon les défenseurs des droits de l’homme, il cherche à empêcher ce dimanche la tenue d’une élection libre et juste. En mars dernier, le président avait nommé l'un de ses proches à la tête de la commission électorale, laquelle selon l’opposition vient de mettre en place de nouvelles règles rendant toute vérification du scrutin impossible.

    Par ailleurs, selon l’ONG Human Rights Watch, le parti au pouvoir (PPM) aurait sélectionné les officiers chargés de l’encadrement du vote pour qu’ils soient des partisans du président sortant. Des accusations rejetées par la commission électorale, qui parle d’une tentative de réduire la confiance dans cette élection et donc la participation.

    De fait l’autre candidat, Ibrahim Mohamed Solih, soutenu par plusieurs partis d’opposition, estimait déjà le mois dernier que cette élection ne serait ni libre ni juste. En tous cas il a promis s’il était élu de restaurer la démocratie, libérer les dissidents, et enquêter sur les accusations de corruption visant Abdulla Yameen. En cinq ans de mandat, le président sortant a suspendu le Parlement, déclaré deux fois l’état d’urgence, et mis en prison deux juges de la Cour suprême qui avaient ordonné la libération de dirigeants de l'opposition.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.