GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: aux Célèbes, le raz-de-marée a fait de très nombreuses victimes

    media Des rescapés du séisme et du tsunami se regroupent autour de l'aéroport de Palu, le 29 septembre 2018. Antara Foto/Rolex Malaha via REUTERS

    Au lendemain d'un tsunami destructeur qui a frappé le centre de l'île indonésienne des Célèbes, il y aurait au moins plusieurs centaines de morts en raison de ce raz-de-marée qui a été provoqué par un tremblement de terre d'une magnitude de 7,5 sur l'échelle de Richter.

    Fourni par l'agence de gestion des catastrophes, un nouveau bilan du raz-de-marée qui a ravagé les côtes des Célèbes fait état d'au moins 420 morts. Celui-ci pourrait hélas encore s'alourdir car les services de secours ignorent combien de victimes sont encore sous les décombres.

    Le nombre de blessés graves est monté à 540, a annoncé Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes, qui a réclamé « du personnel, des volontaires et des engins spécialisés ».

    « A Palu (...) il y a des bâtiments, des maisons, qui ont été détruites. (...) des hôtels, des hôpitaux », indique le responsable. « Nous pensons que des dizaines ou des centaines (de victimes) n'ont pas encore été dégagées des décombres. Le principal centre commercial de Palu (...) s'est effondré ». Ainsi, détaille-t-il, repris par l'AFP, « l'hôtel Rua-Rua (...) s'est affaissé, il avait 80 chambres dont 76 étaient occupées ».

    L'agence de gestion des catastrophes s'est aussi déclarée inquiète du sort de plusieurs centaines de personnes qui travaillaient à la préparation d'un festival sur une plage vendredi soir, peu avant le tsunami. Enfin, on reste également sans nouvelles de Donggala, une ville située à 27 km de Palu et plus proche encore de l'épicentre du séisme.

    Le « tsunami s'est produit (vendredi, NDLR) à 18h22 locales (...) avec une hauteur maximale de 1,5 m sur la côte proche de Palu », a déclaré la présidente de l'agence nationale de géophysique, Dwikorita Karnawati. Des vagues de près de six mètres ont déferlé sur la ville, qui était encore secouée par de puissantes répliques dans la matinée.

    La conjonction de la sismicité et du volcanisme conduit à la multiplication des tremblements de terre.

    François Ramade, professeur émérite d'écologie à l'université Paris-Sud

    Spécialiste des catastrophes naturelles

    29/09/2018 - par Grégoire Sauvage Écouter

    Difficultés d'accès

    La difficulté d'établir un bilan, indique notre correspondant à Jakarta, Joël Bronner, est encore renforcée par les problèmes d'accès à de nombreuses zones de cette île montagneuse et aux dégâts causés en parallèle aux moyens de télécommunication. L'aéroport a été fermé pour 24 heures, ainsi que certaines routes menant à la ville ce qui a empêché toute évacuation et retardé l'arrivée de l'aide humanitaire. L'électricité est également coupée.

    La presse locale, en particulier lemédia Kompas, confirme que de nombreux cadavres se trouvent, ce samedi, sur la plage de Talise, dans la ville de Palu. Selon les témoins cités par le quotidien, de nombreux autres corps sans vie flottaient à la surface de l'eau au milieu des débris.

    «Attaqués par un tsunami»

    « Une nouvelle fois, nous avons été attaqués par un tsunami », voilà pour le commentaire fataliste d'un utilisateur de Twitter, « ksjnoona », qui a relayé la principale vidéo ou l'on voit un raz-de-marée se rapprocher des côtes de la ville de Palu. Ce tsunami frappe ensuite de plein fouet les bâtiments environnants puis les flots s'engouffrent dans les ruelles adjacentes du parking sur plusieurs étages d'où la vidéo a été prise, provoquant la panique des témoins qui s'y étaient réfugiés.

    L'Indonésie est un archipel de 17 000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne). Le pays se trouve sur la « ceinture de feu » du Pacifique, une zone de forte activité sismique.

    Des soldats indonésiens chargent de l'aide humanitaire dans un C-130 «Hercules» à l'attention des victimes du tsunami aux Célèbes. Antara Foto/Muhammad Adimaja via REUTERS

    Save the children: «Nous sommes très inquiets pour les enfants»

    Si l'armée a été appelée en renfort pour aider aux opérations de recherches de victimes, les secours peinent néanmoins à parvenir jusqu'aux zones sinistrées. Les prochaines heures sont décisives notamment pour les victimes emprisonnées dans les décombres, estime le directeur de la branche indonésienne de l'ONG Save the Children, Thomas Howells : « Pour l'Indonésie, ça n'est pas une région très développée, comme peut l'être l'île de Java ou la ville de Jakarta, mais ça n'est pas non plus l'ile la plus pauvre. La manière dont les gens vont surpasser cet évenement dépend évidemment de la situation socio-économique de la région mais surtout de la gravité de l'évenement. Nous pensons vraiment que les Indonésiens et les gouvernements locaux auront besoin d'énormément d'aide, vu la sévérité de cet incident. Un tremblement de terre de magnitude 7.5 c'est très élevé et nous n'avions jamais vu, en Indonésie, un tsunami aller aussi loin sur les terres, donc la situation est très inquiétante.

    Nous sommes très inquiets pour les enfants. En général, quand les gens fuient durant les tsunamis, les enfants se retrouvent séparés de leurs parents et nous allons nous assurer qu'ils retrouvent leur famille. Nous allons assister le département local de l'assistance sociale et de la protection de l'enfant, nous allons coordonner les recherches des familles grâce aux photos et en croisant toutes les informations dont on dispose. Le gouvernement dispose d'une assistance sociale mais dans cet environnement extrême ils auront vraiment besoin du soutien d'associations comme Save the children qui a l'habitude de travailler dans de telles situations. Nous souhaitons aussi accompagner les enfants après, car les tsunamis ont toujours un impact psychologique très fort chez les plus jeunes. Et nous essayerons de faire en sorte que les enfants reprennent une vie normale le plus rapidement possible après cet événement/incident  »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.