GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Colère de Pékin après la manœuvre d'un destroyer US en mer de Chine

    media Dimanche 30 septembre, un navire de guerre chinois s'est approché «dangereusement» du destroyer lance-missiles USS «Decatur» (photo d'illustration datée de 2016). www.public.navy.mil

    La Chine a de nouveau exprimé sa colère ce mardi 2 octobre après qu’un destroyer de la marine américaine a navigué non loin des îles revendiquées par Pékin en mer de Chine méridionale. De nouvelles remontrances alors que les relations militaires entre les deux pays sont déjà au plus bas.

    De notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Le ton du communiqué publié ce mardi 2 octobre par le ministère chinois de la Défense est on ne peut plus ferme : le fait que les Etats-Unis « aient envoyé à plusieurs reprises leurs navires sans autorisation près des îles de la mer de Chine méridionale », « menace la souveraineté et la sécurité de la Chine et endommage sérieusement les liens militaires sino-américains, tout en portant gravement atteinte à la paix et à la stabilité régionales ».

    « Provocations »

    Le ministère chinois de la Défense parle de « provocations » et invite la « partie américaine a corriger ses erreurs ». Il faut dire que les relations entre les deux pays en matière de défense sont à peu près au même niveau que leurs relations commerciales. Le destroyer USS Decatur a parcouru un peu plus de 10 miles marins en mer de Chine du sud dimanche 31 octobre, avant qu’un navire chinois ne lui demande de faire demi-tour.

    Pour les autorités chinoises, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ; ces ronds dans l’eau américains en mer de Chine venant s’ajouter à la reprise des missions de survol des B-52 annoncée la semaine dernière par le Pentagone, dont, suprême offense en tous cas vue de Pékin, une mission de « routine » d’un bombardier américain escorté par des chasseurs japonais en mer de Chine orientale.

    Le Wasp interdit de visite à Hong Kong

    Pour Washington, il s’agit d’une nouvelle démonstration de la volonté chinoise de limiter la liberté de navigation dans des eaux stratégiques où opèrent plusieurs pays de la région. En témoigne selon les Américains, l’interdiction de visite du porte-helicoptères amphibie USS Wasp la semaine dernière en baie de Hong Kong. De son côté, Pékin se plaint des sanctions américaines imposées à l’armée chinoise pour l’achat d’armes russes et du soutien des Etats-Unis à Taiwan. Résultat : selon l’agence Reuters, la Chine a fait annuler la rencontre de sécurité avec le secrétaire américain à la Défense prévue pour ce mois d’octobre. Jim Mattis ne viendra pas en Chine, et le ministre chinois de la Défense pourrait renoncer à visiter les Etats-Unis avant la fin de cette année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.