GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Taïwan réhabilite 1270 victimes des purges de la «Terreur blanche»

    media Des familles de victimes de la Terreur blanche devant la liste des 1270 personnes qui ont été réhabilitées, vendredi 5 octobre 2018 par Taïwan. Daniel SHIH / AFP

    A Taïwan, 1 270 victimes des purges de la « Terreur blanche » sont réhabilitées, leur casier judiciaire va être totalement blanchi, ont annoncé vendredi 5 octobre les autorités taïwanaises. La « Terreur blanche » fait référence à la répression qu'ont connue les Taïwanais de 1949 à 1987, sous le règne de Tchang Kaï-chek et son fils.

    « Ce jour arrive trop tard, mais mieux vaut tard que jamais », s'est exprimée la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, en présentant des excuses officielles vendredi. Le casier judiciaire de ces 1 270 victimes est à nouveau vierge, elles sont les premières à obtenir cette amnistie. Depuis la levée de la loi martiale, les victimes demandaient pardon et réparation.

    Entre 1949 et 1987, ils sont officiellement 140 000 Taïwanais à avoir été jugés par des tribunaux militaires du régime répressif de Tchang Kaï-chek. Après leur défaite contre les communistes de Mao Tse Tong, les nationalistes chinois se repliaient à Taïwan pour y installer le nouveau siège de la République de Chine et ce que l'on a appelé ensuite la « Terreur blanche ».

    Les familles veulent des poursuites judiciaires

    S'opposer au régime ou ne serait-ce qu'un jour avoir lu un livre jugé communiste par le régime, c'était s'exposer à cette époque-là à Taïwan à des sentences pénales ou de mort. Officiellement, 8 000 personnes ont été exécutées, mais certaines associations estiment ce chiffre bien inférieur à la réalité.

    Aujourd'hui, les victimes des purges sont décédées ou attendent toujours leur réhabilitation officielle. Dix mille victimes devraient bénéficier de cette amnistie. Mais pour certaines familles de victimes, ce pardon officiel n'est rien tant que des poursuites judiciaires n'auront pas été engagées contre les responsables de ces persécutions.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.