GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    #MetooIndia, les témoignages se multiplient sur les réseaux sociaux

    media Manifestation réclamant l'arrestation de l'acteur de Bollywood, Nana Patekar, à Bombay, 11 octobre 2018. REUTERS/Francis Mascarenhas

    Un an après l’affaire Weinstein et la campagne #metoo aux Etats-Unis, le mouvement de révolte contre le harcèlement sexuel semble enfin atteindre l’Inde. Et comme en Amérique, c’est dans le milieu du cinéma que les révélations ont été les plus fracassantes. Celles-ci ont encouragé d’autres victimes à parler, venant d’autres milieux. Ces histoires ont avant tout été révélées sur les médias sociaux. 

    De notre correspondant à New Delhi,

    La première révélation a eu lieu il y a deux semaines. Une comédienne indienne qui vit aujourd’hui aux Etats-Unis, a accusé l’une des icônes du cinéma de l’avoir harcelée pendant un tournage. C’était en 2008. Et cette accusation a brisé l’omerta dont semblait bénéficier cet homme, Nana Patakar, qui semble être le Harvey Weinstein indien.

    Une productrice décrit son calvaire, causé par une autre célébrité, Alok Nath : cet acteur était alcoolique et violent et harcelait régulièrement les actrices, tout le monde le savait. Mais comme il était la star de la série télévisée la plus populaire du moment, personne ne disait mot. Quand cette productrice a tenté de se révolter, elle aurait été renvoyée puis violée par Nana Patekar. C’était il y a 19 ans. Et elle a attendu jusqu'à aujourd'hui pour pouvoir témoigner. Ce moment a été rendu possible, dit elle, grâce à la liberté de parole offerte par les médias sociaux. L’acteur, lui, affirme que ces accusations sont absurdes et que de toutes facons, personne n’écoute les hommes ces derniers temps. 

    Fin de l'omerta à Bollywood 

    Les victimes silencieuses des castings dans les chambres d’hôtel ou d’autres «promotion canapé» ont pris Twitter et Facebook d’assaut et ont accusé des stars, parfois très renommées en Inde, d’attouchements, de harcèlement, ou de viol. Ces pratiques sont tellement communes dans cette industrie que chaque actrice semble en avoir été victime. Le mouvement #metoo n’avait pas atteint l’Inde l’année dernière, il enflamme aujourd’hui Bollywood, avec un hashtag précis: #meetooindia. Et de grandes stars ont commencé à montrer leur soutien, voire à refuser des contrats avec les personnes accusées.

    Et cela dépasse à présent le cinéma. Ainsi Mobashar Akbar, l’un des grands noms du journalisme indien et ancien rédacteur en chef du quotidien Asian Age, est accusé d’être un prédateur sexuel cruel et pervers. Une ancienne stagiaire raconte par exemple sur une plateforme en ligne les harcèlements qu’elle a subis, les agressions dans son bureau, et le silence de tous les collègues témoins, par peur des répercussions. C’était il y a 21 ans. D’autres femmes confirment la perversité du personnage. Cette affaire prend une dimension politique, car cet ancien journaliste est aujourd’hui secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères. 

    La tempête #metoo souffle sur le monde politique

    Le gouvernement a dû réagir à ces accusations du fait de l’implication de ce politicien. La ministre en charge de l’émancipation des femmes vient d’affirmer qu’elle soutenait chaque accusation et allait créer un comité composé d’anciens juges pour renforcer les lois sur le harcèlement au travail. Mais le secrétaire d’Etat accusé, lui, refuse pour l’instant de démissionner.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.