GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Birmanie: Facebook supprime des pages haineuses, outils de propagande de l'armée

    media Un soldat birman monte la garde près de Maungdaw, dans le nord de l'Etat de l'Arakan, le 27 septembre 2017. REUTERS/Soe Zeya Tun

    Facebook annonce de nouvelles mesures face aux messages de haine anti-musulmans diffusés sur le réseau social en Birmanie. Treize pages, suivies par plus d'un million de personnes dans le pays, ont été supprimées ce lundi 15 octobre. Une réaction après l'enquête du journal The New York Times publiée lundi, qui a révélé comment ces pages Facebook qui parlaient par exemple de sujets beauté ou people étaient en fait liés aux militaires birmans, qui s'en sont servis à des fins de propagande.

    Avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

    Selon le quotidien The New York Times, plusieurs centaines de personnes travaillant pour l'armée birmane dans la capitale Naypyidaw étaient chargées de créer des pages soi-disant indépendantes, notamment sur des célébrités.

    Des pages sur lesquelles étaient ensuite postés des messages de haine visant souvent les musulmans : « l'islam est une menace mondiale pour le bouddhisme » pouvait-on lire, tout comme des fausses informations relayant par exemple le viol d'une femme bouddhiste par un homme de confession musulmane.

    Du personnel de l'armée chargé aussi, toujours selon le New York Times, de critiquer toutes les publications défavorables aux militaires birmans.

    Des révélations du quotidien américain alors que le réseau social Facebook a été critiqué ces derniers mois pour avoir attisé la haine contre les Rohingyas, cette minorité musulmane victime de « génocide » en Birmanie selon l'ONU.

    L'entreprise, accusée d'avoir tardé à réagir, a depuis fermé plusieurs dizaines de comptes et de pages dans le pays, dont celle du chef de l'armée. Le réseau social est ici extrêmement populaire, et pour beaucoup de Birmans, Facebook constitue leur principale source d'informations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.