GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    [Reportage] Les Afghans déçus et terrorisés iront-ils voter?

    media Dix candidats aux élections législatives ont été tués alors qu'ils menaient campagne, la plupart dans des attaques ciblées. REUTERS/Omar Sobhani

    L’Afghanistan se prépare aux élections législatives qui auront lieu samedi 20 octobre. Un scrutin qui se tient avec trois ans de retard sur le calendrier initial et dans un climat de terreur. Les talibans ont prévenu qu’ils s’en prendraient aux forces gouvernementales, sommant les directeurs d’école d’empêcher que leur établissement ne serve de bureaux de vote. Si la mobilisation parmi les 8,9 millions d’électeurs appelés aux urnes risque d'être affectée, dans ce contexte de haute tension et de danger, de nombreux afghans, déçus par leur gouvernement, ont déjà décidé qu’ils n’iraient pas voter. 

    De notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

    Les élections de samedi sont inutiles estime Maryam, 25 ans. Elle ne cache pas ce qu’elle pense des deputés : « Ils ne travaillent pas. Qu’ont-ils fait jusque là ? ». Est-ce que voter pour un jeune candidat l’inciterait à se rendre aux urnes ?
    «Ça ne changera rien». Près d’elle sa mère Sohaila secoue la tête : «J’avais voté pour Ashraf Ghani, et maintenant il n’y a pas de travail, les hommes sont à la maison, au chômage. Qu’a-t-on gagné ?»

    Dans une rue voisine, Sabira, 40 ans sort du travail. Elle est femme de ménage, son mari et ses deux fils sont au chômage. Aucun d’eux n’ira voter. : « Les députés ne servent à rien, ils n’ont rien fait jusque là, pourquoi cela changerait ? Mon fils vient de finir ses études d’informatique, il est au chômage. Pour trouver un emploi, il faut être pistonné ».

    Ramesh lui ira déposer son bulletin dans l’urne : « Nous avons peur. Ma famille m’a dit de ne pas sortir samedi parce que c'est dangereux, Il y aura peut-être une explosion, mais je suis un citoyen de ce pays et c'est mon droit de voter et de choisir la personne que je veux soutenir ».

    Le jeune vendeur en informatique a déjà fait son choix parmi les 830 candidats qui briguent l’un des 33 sièges de la chambre basse du Parlement pour la capitale afghane.
     

    Reportage de Sonia Ghezali à Kaboul 18/10/2018 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.