GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Elections législatives sous très haute tension en Afghanistan

    media Malgré les violences et l'impréparation, l'Afghanistan votera samedi 20 octobre pour élire ses députés, sauf dans la province de Kandahar où les élections sont repoussées d'une semaine. . REUTERS/Omar Sobhani

    Ce samedi 20 octobre, l’Afghanistan renouvelle l’intégralité de la Chambre basse de son Parlement, soit 449 sièges. «Enfin», serait-on tenté de dire ! Ces élections repoussées à plusieurs reprises, se tiennent avec plus de trois ans de retard. Le contexte est difficile : les talibans n’ont jamais contrôlé autant de territoires depuis la chute de leur régime fin 2001. Ces élections serviront de test pour la présidentielle de 2019.

    Pourquoi ces trois ans et demi de retard ? Lors de la présidentielle de 2014, les fraudes massives avaient plongé le pays dans une grave crise politique, chacun des deux finalistes se déclarant vainqueur, il avait fallu inventer un nouveau système pour les faire cohabiter à la tête de l’Etat. Pour éviter de nouveaux problèmes, une réforme électorale était nécessaire, mais les dirigeants afghans ont mis beaucoup de temps à se mettre d’accord sur ses contours.

    « Il fallait prendre le temps et maintenant c’est le moment », explique l’ambassadeur d’Afghanistan en France Abdel-Ellah Sediqi : « Au lieu d’attendre des circonstances parfaites qui ne viendront jamais - comme dans tous les pays du monde - il vaut mieux avoir un Parlement élu maintenant pour légitimer les institutions, pour la séparation des pouvoirs, pour qu’il y ait un Parlement par rapport au pouvoir exécutif ». Ces élections doivent permettre de revenir dans l’ordre constitutionnel, puisque les députés actuels sont censés avoir fini leurs mandats il y a plus de trois ans, précise Gilles Dorronsoro, professeur de sciences politiques à l'université Panthéon Paris 1–Sorbonne.

    Violence et participation

    Les talibans et l’organisation Etat islamique, qui ont appelé au boycott du vote de samedi, ont réussi à tuer dix candidats pendant la campagne électorale. Jeudi 18 octobre encore, le très puissant chef de police du district de Kandahar, dans le sud, était assassiné par les talibans. La proximité des élections est certainement une coïncidence – les talibans avaient déjà essayé des dizaines de fois de le tuer, mais cela reste un message très clair envoyé à la population pour le jour du vote : les talibans peuvent atteindre qui ils veulent.

    Mais la participation est elle aussi un enjeu important du scrutin : elle doit permettre de légitimer à nouveau cette Assemblée sortie des clous constitutionnels. Pour surveiller les 5 000 bureaux de vote, 50 000 membres des forces de sécurité afghanes seront donc positionnés demain dans le pays. Malgré ce déploiement, Gilles Dorronsoro estime qu’au minimum un tiers des districts ne pourront pas voter : les talibans vont tout simplement bloquer les routes. Une vague d’attentats suicides est également possible – il est facile de se dissimuler sous une burqa et se faire exploser dans une file d’attente, précise le spécialiste.

    Avec un taux de participation qui dans certains lieux pourrait descendre à 15% et une offre pléthorique de candidatures, il est possible que des candidats soient élus avec 5-6% des voix : « Si on ajoute à ça des fraudes de plus en plus massives avec les années, on va avoir un vrai problème de légitimité par-rapport à ce Parlement ». A nouveau.

    Les jeunes candidats

    Pour autant, parmi les 2 500 candidats, beaucoup de jeunes et de femmes se présentent. « Ils se lancent dans une idée de renouvellement des élites », explique Romain Malejacq, professeur à l'université de Radboud, à Nijmegen aux Pays-Bas. Mais « il est peu probable de voir cet enthousiasme se transcrire dans les votes » : d’abord, seul un tiers des femmes se sont enregistrées pour voter, un chiffre qui n’est pas en augmentation. Ensuite, le mode de scrutin (uninominal à un tour) a tendance à favoriser les personnages connus et les hommes forts, c’est-à-dire les commandants et les seigneurs de guerre. Des gens susceptibles selon les Afghans de les protéger, alors que le climat sécuritaire ne cesse d’empirer.

    Quel bilan pour l’Assemblée ?

    Globalement, le bilan de la Chambre basse de l’Assemblée est assez faible selon Gilles Dorronsoro. D’abord parce que les deux présidents qui se sont succédés à la tête de l’Afghanistan depuis la chute des talibans, Hamid Karzai et Ashraf Ghani, ont fait passer de nombreux textes législatifs par décret – ce qui a marginalisé de fait le Parlement. Sans oublier que « jusqu’à leur désengagement en 2014 les occidentaux avaient un rôle majeur dans la formalisation des textes : c’était souvent eux qui en fait initiaient indirectement les propositions de loi ». Autre problème : la corruption, « les votes ont souvent été achetés ». Et puis souligne Gilles Dorronsoro « il n’y a pas eu constitution d’une éthique de député, d’un sentiment de représenter le peuple, ce qui est extrêmement important. Donc globalement ça a été un échec ».

    Et la situation du Parlement va encore s’aggraver selon le spécialiste, car estime-t-il la nouvelle législature a peu de chance d’arriver à son terme : « Les Américains négocient directement, sans préconditions, avec les talibans, ce qui montre qu’ils sont en train de court-circuiter le régime installé à Kaboul. Fondamentalement Trump est en train de lâcher l’Afghanistan ».

    Envoyer un message

    Mais aujourd’hui le gouvernement afghan est surtout concentré sur les élections de ce samedi, qui sont aussi pour lui l’occasion d’envoyer un message positif à la communauté internationale et aux bailleurs de fonds - dans un peu plus d’un mois se tient à Genève une conférence ministérielle de l’ONU sur l’Afghanistan. Abdel-Ellah Sediqi, l’ambassadeur d’Afghanistan en France, souligne que ce message est aussi à destination des pays voisins – par exemple du Pakistan, accusé par Kaboul de soutenir les talibans : il s’agit de « démontrer que les afghans sont capables de se réconcilier en interne et de pleinement mettre en œuvre la Constitution ». Car se désole le diplomate, « les talibans et leurs soutiens ont toujours voulu démontrer que les Afghans ne sont pas dignes de vivre pleinement leur destin selon leur volonté, selon les lois qu’ils édictent. Ils ont toujours voulu sous-traiter le destin de ce pays. Il faut qu’ils comprennent que la seule façon de combattre c’est la voie démocratique ». Et donc les élections.

    Evidemment, pour que ces messages fonctionnent, il faut que les législatives de ce samedi se déroulent le mieux possible. Ouverture des bureaux de vote à 7h, heure locale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.