GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    La Birmanie affirme avoir un plan «très concret» pour le retour des Rohingyas

    media Des réfugiés rohingyas traversent la Naf pour rejoindre le Bangladesh, le 12 novembre 2017. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Les autorités birmanes et le Bangladesh ont annoncé que le rapatriement commencera au mois de novembre. Plus de 700 000 membres de cette minorité musulmane ont fui fin août 2017 des violences qualifiées par l'ONU de « génocide ».

    Avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

    A plusieurs reprises cette année, le début du rapatriement des Rohingyas a été annoncé, avant d'être reporté, la Birmanie et le Bangladesh s'accusant mutuellement d'être responsable de ce retard.

    Mais cette fois, le ministère des Affaires étrangères birman l'assure, un « plan très concret » a été approuvé pour commencer le processus de rapatriement,  sans donner cependant de précisions sur les conditions de ce retour ou sur le nombre de Rohingyas concernés.

    Il y a deux semaines, le Bangladesh, qui ne souhaite pas voir les réfugiés rester sur son sol, déclarait qu'une liste de 8 000 noms avait été validée.

    Un « génocide toujours en cours »

    Mais sans garanties de sécurité, de justice ou encore d'accès à la citoyenneté en Birmanie, les Rohingyas réfugiés dans les camps ont répété qu'ils ne voulaient pas rentrer. Des conditions essentielles qui ne sont pas encore réunies, selon l'ONU : « Il est crucial que les retours ne soient pas précipités ni prématurés » a réagi mardi soir le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, cité par l'agence Reuters.

    La semaine dernière, la mission d'établissement des faits de l'ONU, auteure d'un rapport sur les violations des droits de l'homme commises en Birmanie,  parlait même d'un « génocide toujours en cours ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.